•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Trayvon Martin : des manifestants exigent que justice soit faite

Des centaines de manifestants se sont rassemblés à Sanford, en Floride, pour réclamer l'arrestation du meurtrier de Trayvon Martin.

Des centaines de manifestants se sont rassemblés à Sanford, en Floride, pour réclamer l'arrestation du meurtrier de Trayvon Martin.

Photo : AFP / Roberto Gonzalez

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des centaines de personnes ont manifesté lundi à Sanford, en Floride, et dans plusieurs villes aux États-Unis, pour réclamer l'arrestation du meurtrier de Trayvon Martin, un adolescent noir de 17 ans abattu par George Zimmerman, crime que plusieurs considèrent comme motivé par le racisme.

À Sanford, le rassemblement, qui marque l'anniversaire d'un mois depuis la mort du jeune Trayvon, a été organisé par les parents de l'adolescent. Étaient également présents les défenseurs des droits civiques Al Sharpton et Jesse Jackson, qui a noté que l'affaire mettait en exergue « les profondes inégalités raciales » aux États-Unis.

Trayvon Martin rentrait chez lui le 26 février 2012 après être allé acheter des sucreries, lorsqu'il a été abattu par George Zimmerman. Ce dernier, âgé de 28 ans, effectuait une ronde de surveillance dans son quartier résidentiel de Sanford, en banlieue d'Orlando. M. Zimmerman a invoqué la légitime défense pour expliquer son geste. Il n'a jamais été inculpé et il n'a même jamais été détenu.

Selon le quotidien local Orlando Sentinel de lundi, M. Zimmerman a affirmé à la police que Trayvon Martin l'avait mis à terre d'un coup de poing et était ensuite monté sur lui pour lui cogner le visage sur le trottoir plusieurs fois.

La police de Sanford a déclaré par voie de communiqué lundi que l'article de journal était « compatible » avec le témoignage remis aux procureurs.

Les parents de l'adolescent, Tracy Martin et Sybrina Fulton, ont profité de la manifestation pour dénoncer ce qu'ils qualifient de campagne de salissage de la part de la police contre leur fils, après que les médias eurent rapporté que Trayvon avait été suspendu de son école pour possession de marijuana.

Le meurtre de l'adolescent noir s'est également immiscé dans la campagne présidentielle. « Si j'avais un fils, il ressemblerait à Trayvon », a déclaré le président Barack Obama, vendredi.

Rick Santorum, candidat à l'investiture du parti républicain pour la présidentielle, a accusé le président Obama de « politiser » l'affaire.

Newt Gingrich, un autre candidat républicain, a quant à lui qualifié les propos d'Obama de « scandaleux ». « Est-ce que le président suggère que si c'est un garçon blanc qui avait été tué, l'affaire n'aurait pas été aussi grave parce qu'il ne lui aurait pas ressemblé? », a demandé le candidat lors d'un entretien à la radio.

Le meurtre du jeune Martin suscite une indignation grandissante aux États-Unis, où plus de deux millions de signatures ont en outre été réunies pour demander l'inculpation du responsable.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !