•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mandat d'arrestation contre un employé d'un foyer d'accueil montréalais

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le foyer d'accueil montréalais Ressource Lafontaine, dans Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal.

Le foyer d'accueil montréalais Ressource Lafontaine, dans Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un des employés d'un foyer d'accueil temporaire pour enfant, le centre Ressource Lafontaine, fermé d'urgence au mois de janvier par le Centre jeunesse de Montréal, est accusé de voies de fait contre deux des enfants qui y ont séjourné.

Benjamin Compte, un citoyen français de 21 ans, a travaillé au foyer d'accueil privé l'an dernier pendant quelques mois avant d'être congédié.

Selon le mandat d'arrestation lancé contre lui le 14 mars dernier, il se serait livré à des voies de fait contre deux des enfants dont il avait la charge pendant plus de deux mois.

Le mandat cite aussi un facteur aggravant : les voies de fait auraient eu lieu alors que l'inculpé portait ou utilisait une arme. Selon les informations qu'a obtenues Radio-Canada, les enfants auraient été disciplinés avec un bâton.

Avant sa fermeture, la ressource Lafontaine accueillait des enfants de moins de six ans retirés de leurs familles et qui n'avaient nulle part où aller. Jusqu'à huit enfants habitaient au troisième étage d'un triplex d'Hochelaga-Maisonneuve. Les employés chargés de s'en occuper étaient souvent seuls avec eux.

En janvier dernier, l'émission Enquête diffusait un reportage troublant sur les conditions de vie des enfants qu'hébergeait le foyer.

Aucun diplôme

Selon nos sources, Benjamin Compte n'avait ni diplôme spécialisé, ni expérience avec cette clientèle, pourtant très fragile et complexe.

La Ressource Lafontaine était un foyer privé, mais tous les enfants y étaient référés par le Centre Jeunesse de Montréal.

Pourtant, le contrat entre les deux organismes ne prévoyait aucun mécanisme de contrôle des compétences des employés. Les propriétaires, Manon Hubert et Daniel Roy, engageaient régulièrement de jeunes gens sans expérience ni diplôme pertinent.

La police tente toujours de trouver Benjamin Compte. Étant citoyen français, le suspect serait peut-être déjà retourné dans son pays d'origine.

Un triste ajout à un dossier éprouvant pour les familles

Julie Grenier, porte-parole au bureau des communications et des relations avec la communauté du Centre jeunesse de Montréal-Institut universitaire, précise qu'il s'agit là « d'un triste ajout à ce dossier déjà éprouvant pour les enfants et les familles concernées ainsi que le milieu de l'intervention auprès de ceux-ci qui s'en trouve lourdement éprouvé et percuté. »

Auprès de la journaliste Pasquale Turbide, elle précise : « Nous n'avons pas le droit a l'erreur lorsqu'il s'agit de la protection des enfants c'est ce qui a d'ailleurs conduit le CJMIU à rompre ses liens avec les propriétaires de la ressource en janvier dernier, tel qu'en faisait foi le communiqué émis à ce moment. »

Un reportage de Pasquale Turbide.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !