•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SNC-Lavalin : le chef de la direction Pierre Duhaime démissionne

L'ancien chef de la direction de SNC-Lavalin, Pierre Duhaime

L'ancien chef de la direction de SNC-Lavalin, Pierre Duhaime (archives)

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

La firme montréalaise d'ingénierie SNC-Lavalin annonce la démission de son chef de la direction, Pierre Duhaime, après 23 années de service. En attendant que son successeur soit trouvé, il sera remplacé par intérim par Ian Bourne, vice-président du conseil d'administration.

SNC-Lavalin a par ailleurs dévoilé lundi ses résultats financiers pour le quatrième trimestre et les conclusions d'une enquête au sujet de paiements irréguliers. L'entreprise s'engage à mettre en place toutes les recommandations du rapport qui « portent principalement sur le renforcement des normes de conduite, l'amélioration des contrôles et procédures internes et l'examen des mécanismes de conformité ».

Fin février, le géant de l'ingénierie annonçait un examen à la suite de versements de plusieurs dizaines de millions de dollars qui ont été incorrectement comptabilisés. Du même souffle, SNC-Lavalin reportait la divulgation de ses résultats financiers et confirmait que ses profits allaient être moins élevés que prévu.

Des contrats, mais quels services?

L'enquête de conseillers juridiques externes a porté sur des contrats d'embauche d'agents et de représentants commerciaux, embauche qui visait à obtenir des contrats pour deux projets de construction, qui ne se rapporterait pas à la Libye, précise SNC-Lavalin. Ainsi, 33,5 millions de dollars américains auraient été versés à un agent dans le cadre du premier projet, 22,5 millions dans le cadre du deuxième.

Dans son communiqué, la firme explique qu'il a été impossible d'avoir une « preuve directe et concluante établissant la nature des services rendus ou des mesures prises ». De plus, les règles comptables n'auraient pas été respectées, les dépenses auraient été imputées à d'autres projets et des documents non conformes auraient été signés. Les contrats ont également contrevenu à la politique sur les agents à divers égards, notamment en ce qui concerne les signataires autorisés et les plafonds fixés par SNC-Lavalin sur les commissions attribuables aux projets.

SNC-Lavalin avance que l'ancien vice-président directeur de sa division construction, Riadh Ben Aissa, a engagé les agents et représentants commerciaux et a demandé des paiements pour ces contrats, dont les approbations ont dans un premier temps été refusées par le président du conseil de SNC-Lavalin International et le chef des affaires financières. Dans le premier cas, c'est l'ancien chef de la direction, Pierre Duhaime, qui aurait finalement permis à Riadh Ben Aissa d'effectuer les paiements, alors que dans le deuxième cas, le paiement aurait été autorisé par Riadh Ben Aissa lui-même et une autre personne de sa division. M. Ben Aissa a démissionné en février.

Il est impossible de savoir qui a profité des millions de dollars attribués en commissions, d'après SNC-Lavalin. « L'examen indépendant n'a pas révélé de preuve directe et concluante établissant l'utilisation, le but ou les bénéficiaires exacts des paiements effectués », écrit la firme dans un communiqué. La firme refuse de plus de dévoiler quels pays sont concernés par les contrats.

À la fermeture de la Bourse de Toronto lundi, l'action de SNC-Lavalin se trouvait à 41,31 $, en hausse de 2,04 $.

La direction derrière Pierre Duhaime

Lors d'une conférence de presse lundi matin, la direction de SNC-Lavalin a tenu à rappeler toute la confiance qu'elle porte en Pierre Duhaime. Elle affirme que M. Duhaime a démissionné de son propre chef, qu'il avait fait du travail magnifique au cours de toutes ces années à l'emploi de la firme et que personne ne remettait en question son éthique.

La direction a tout de même semblé légèrement déstabilisée lorsqu'un journaliste a demandé comment il se faisait que Pierre Duhaime ne savait pas à quoi avaient servi les millions versés et comment il avait pu signer une autorisation de paiement sans savoir de quoi il retournait. La réponse de la direction a été laconique: « Il s'est senti obligé de payer pour la division construction. Je vous suggère de vous référer au communiqué pour plus de détails ».

Par ailleurs, SNC-Lavalin affirme qu'elle ne prendra aucun recours juridique contre qui que ce soit qui est impliqué dans cette histoire. Elle indique qu'elle fera suivre le dossier à la Gendarmerie royale s'il y a lieu de le faire, ce qui ne serait pas le cas pour le moment.

SNC-Lavalin affirme maintenant que toute cette affaire ne devrait pas avoir de conséquences fâcheuses sur ses activités économiques, que les contrats continuent d'affluer, et que quelques millions sur un chiffre d'affaires de milliards de dollars sont peu de chose. La société affirme toutefois qu'elle prend la chose très au sérieux, que le conseil d'administration a agi dès qu'il a été au courant du problème et que tout sera fait pour que cette situation ne se reproduise plus.

Moins de profits et revenus en hausse

Au quatrième trimestre, le résultat net attribuable aux actionnaires de SNC-Lavalin a été de 76 millions de dollars, soit une diminution par rapport aux 158,7 millions de dollars pour la même période un an plus tôt.

Pour l'ensemble de l'exercice terminé le 31 décembre dernier, le résultat net attribuable aux actionnaires de la firme d'ingénierie a également baissé. Il s'est établi à 378,8 millions de dollars contre 476,7 millions de dollars en 2010. Pendant ce temps, les revenus de SNC-Lavalin bondissaient de 20,3 % à 7,2 milliards en 2011, par rapport à 6 milliards de dollars à l'exercice précédent.

Avec les informations de La Presse canadienne

Économie