•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Papiers White Birch : les travailleurs acceptent à contrecoeur

Le reportage de Marie-Maude Pontbriand
Radio-Canada

Les employés de l'usine de Papiers White Birch, à Québec, ont accepté samedi la dernière offre patronale. 79 % d'entre eux se sont prononcés en faveur d'importantes concessions pour conserver leur emploi.

La proposition comprend des baisses de salaire de 10 %, une réduction des rentes de 30 % pour les retraités et de 55 % pour les travailleurs actifs.

« C'est comme si les gens avaient eu un pistolet sur la tête », a affirmé le dirigeant syndical, Renaud Gagné, en référence au fait que l'usine est fermée de façon permanente depuis le mois de janvier.

À l'issue du vote, les avis étaient partagés : « moi je suis satisfait, après trois mois sans travail on a tous besoin de recommencer à travailler », s'est exprimé Vincent Viel, l'un des 600 travailleurs.

« Je trouve que c'est un drame qu'on a vécu ce soir, parce qu'on a voté pour quelque chose d'épouvantable », a confié Danielle Beaudoin dont le mari travaille aussi pour la papetière.

Aucune garantie de relance

Le vice-président du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier (section Québec), Renaud Gagné, a précisé que rien ne garantit la relance de l'usine, mais qu'il s'agit de la dernière chance.

« Les travailleurs ont en quelque sorte acheté un billet de loterie en se disant qu'ils peuvent peut-être sauver leur emploi. Personne n'est heureux de la situation », a-t-il ajouté.

Les syndiqués, qui sont sans emploi depuis le 9 décembre, avaient rejeté la dernière offre à 90 % en janvier.

Dans un rapport déposé à la Cour supérieure du Québec en février, le syndic de faillite Ernst & Young évoquait un délai d'un mois avant de pouvoir rouvrir l'usine de Québec.

Les travailleurs de l'usine de Rivière-du-Loup se prononcent sur les offres de Papiers White Birch lundi. Ceux de Gatineau en feront autant mardi prochain.

L'entreprise Papiers White Birch, qui appartient à des intérêts américains, est en restructuration judiciaire depuis deux ans.

Économie