•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les scientifiques conjurent Harper de ne pas modifier la loi sur la protection des poissons

Un saumon Sockeye, dans la rivière Adams, en Colombie-Britannique.

Un saumon Sockeye, dans la rivière Adams, en Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada

Plus de 600 scientifiques ont envoyé jeudi une lettre au premier ministre Stephen Harper pour l'implorer de ne pas réduire les mesures de sauvegarde pour les habitats des poissons.

C'est le biologiste et environnementaliste Otto Langer qui a alerté semaine dernière la communauté scientifique à propos de cette initiative conservatrice. Le scientifique autrefois employé par Pêches et Océans Canada a obtenu la semaine dernière des documents qui prouvent selon lui qu'Ottawa veut affaiblir la protection des habitats naturels de poissons.

Le scientifique soutient que le nouveau texte modifierait subtilement la Loi sur les pêches. Actuellement, l'article 35 interdit toute détérioration ou destruction de l'habitat du poisson. L'article révisé n'inclurait plus cette notion d'habitat.

Otto Langer croit que le gouvernement Harper veut abroger la notion pour plaire à de grandes entreprises comme Enbridge, qui n'auraient plus à mener d'études environnementales sur les habitats.

Les scientifiques signataires de la lettre envoyée au premier ministre croient qu'une telle décision compromettrait non seulement d'importants stocks de poissons, mais aussi les lacs, les estuaires et les rivières qui les abritent. Ils qualifient les changements de « mal avisés ».

La Société canadienne d'écologie et d'évolution, qui regroupe plus de 1000 écologistes et biologistes à travers le pays, s'est elle aussi opposée à l'initiative conservatrice la semaine dernière.

La députée néo-démocrate Megan Leslie, qui appréhende elle aussi cette décision, croit que les conservateurs tenteront rapidement de faire adopter cette modification dans un projet de loi omnibus à la suite du budget.

Ce changement va passer sans une discussion, sans un débat et aussi sans consultation. Je crois que ce sera une décision pour appuyer les pipelines, les pétroliers, les mines. Pourquoi est-ce que c'est un secret? Nous avons besoin d'une discussion!

Megan Leslie, porte-parole du NPD en matière d'environnement

Le ministre des Pêches, Keith Ashfield, ne nie pas vouloir réformer la loi.

La secrétaire parlementaire du ministre de l'Environnement, Michelle Rempel, affirme quant à elle qu'une réforme de la Loi sur l'évaluation environnementale est nécessaire.

Le biologiste Otto Langer croit par ailleurs que la protection des milieux est déjà menacée. Il a compilé des données officielles montrant une chute des enquêtes menées par le fédéral sur le respect de l'environnement aquatique en Colombie-Britannique.

Avec les informations de La Presse canadienne

Environnement