•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

George Clooney arrêté lors d'une manifestation devant l'ambassade du Soudan à Washington

George Clooney arrêté lors d'une manifestation devant l'ambassade du Soudan à Washington

George Clooney arrêté lors d'une manifestation devant l'ambassade du Soudan à Washington

Photo : AP/Cliff Owen

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

George Clooney a été arrêté puis détenu quelques heures, vendredi, après avoir franchi un cordon de sécurité lors d'une manifestation contre le gouvernement du Soudan devant son ambassade à Washington.

Les policiers l'avaient menotté puis emmené dans un fourgon de police avec son père Nick, ainsi que des défenseurs des droits civiques et plusieurs élus de la Chambre des représentants.

Les manifestants accusaient le président soudanais Omar el-Béchir d'avoir provoqué une crise humanitaire dans son pays en empêchement l'acheminement d'aide humanitaire par la frontière avec le Soudan du Sud. Les militants, dont le célèbre acteur faisait partie, ont été avertis à trois reprises de rester derrière le cordon de sécurité.

« Notre boulot en ce moment est d'attirer l'attention [sur la situation au Soudan]. Un des moyens apparemment était de se faire arrêter », a expliqué M. Clooney. « Nous sommes à un moment où nous avons une chance de faire quelque chose. Sinon, dans les trois ou quatre mois, il y aura une véritable catastrophe humanitaire », a-t-il ajouté.

« L'autre chose que nous demandons est très simple : que le gouvernement de Khartoum arrête de tuer au hasard des hommes, des femmes et des enfants innocents. »

— Une citation de  George Clooney

George Clooney a multiplié les actions militantes au cours des derniers jours. Il a rencontré le président Barack Obama, témoigné devant le Sénat et participé au dîner d'État organisé pour le premier ministre britannique David Cameron. L'acteur a notamment demandé au chef de la Maison-Blanche de faire pression auprès de la Chine pour qu'elle s'implique dans la recherche d'une solution au Soudan.

Il a toutefois dit ne pas se faire d'illusion sur l'impact de ses gestes. « Mais si vous continuez de faire du bruit, au moins les gens seront au courant et on ne pourra pas dire qu'on ne savait pas. C'est un premier pas », a-t-il estimé.

Au pouvoir depuis 1993, Omar el-Béchir est visé depuis 2009 par un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale pour crimes de guerre au Darfour, une province du nord-ouest du Soudan. Il serait notamment responsable de meurtres, de viols et d'actes de torture commis contre des civils, dans le cadre d'une campagne d'élimination de groupes rebelles armés.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !