•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vitraux pour soigner les plaies d'Attawapiskat

Le père Vézina dans l'église d'Attawapiskat

Le père Vézina dans l'église d'Attawapiskat

Photo : CBC/Megan Thomas

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un couple d'Autochtones d'Attawapiskat a créé des vitraux pour l'église catholique de la réserve, située à l'ouest de la baie James. Leur objectif est de guérir les blessures qu'ont pu laisser le séjour de plusieurs habitants dans les pensionnats autochtones, en faisant de l'église un lieu rassembleur.

Grâce à 50 000 $ reçus par la Commission de Témoignage et de Réconciliation du Canada, Jackie Hookinaw-Witt et son mari Norbett Witt ont travaillé avec l'entreprise Northern Art Glass à Ottawa pendant une semaine pour remplacer six grands vitraux pour l'église catholique de leur communauté.

« L'église est un lieu central où les gens se rencontrent. Nous pensions que ce serait un endroit idéal pour travailler sur un projet qui nous rassemble et nous permet de penser nos blessures », explique Mme Hookinaw-Witt.

« C'est quelque chose de positif et de créatif. La spiritualité est importante ici », ajoute-t-elle.

L'église catholique d'AttawapiskatAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'église catholique d'Attawapiskat

Photo : Frédéric Pepin

Cette dernière raconte que ses parents, âgés de 80 ans, et quatre de ses frères et soeurs ont passé leur enfance dans un pensionnat. Elle se souvient que ses parents faisaient souvent le voyage de 150 kilomètres pour voir leurs enfants à l'école de Fort Albany.

Le couple a entre autres créé des vitraux représentant des caribous et des ours polaires, ainsi qu'une scène de la Nativité dans un tipi.

De l'art qui unit

Leurs vitraux ont désormais trouvé leur place dans l'église, où le père Rodrigue Vézina y est le pasteur depuis 39 ans.

Les vitraux permettent une certaine acception. Ici, les gens croient en Dieu, mais ils ont aussi leurs propres croyances ancestrales et les vitraux permettent d'unifier les deux

Une citation de :père Rodrigue Vézina

D'autres vitraux à venir

Le père Vézina indique que d'autres membres de la communauté créeront eux aussi leur propre vitrail pour remplir les fenêtres de l'église.

Chaque fenêtre illustrera un animal représentant les six saisons Cris, mais aussi des familles fumant du poisson et le premier contact avec les missionnaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario