•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coopération internationale : des ONG craignent d'être muselées par Ottawa

Denis Labelle, président de l'Association québécoise des organismes de coopération internationale

Denis Labelle, président de l'Association québécoise des organismes de coopération internationale

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI) dénonce le lien entre leur financement et leur loyauté à l'endroit des politiques de développement international du gouvernement Harper.

Les organismes rappellent que l'Agence canadienne de développement international (ACDI) a lancé il y a un mois le Fonds canadien pour la résilience climatique en Afrique, et font remarquer que pour y accéder, elles doivent présenter des projets qui « soutiennent et adhèrent » aux politiques et engagements nationaux et internationaux du Canada.

Les organismes craignent que la façon dont ces lignes directrices sont formulées autorise formellement le gouvernement Harper à ne plus financer les ONG qui remettent en question les actions gouvernementales.

« Cette modification des documents officiels représente une porte ouverte à l'ingérence politique dans l'attribution des fonds. Les choix politiques pourraient prendre le pas sur les critères de sélection », fait valoir le président de l'AQOCI, Denis Labelle, dans un communiqué.

Les organisations qui seront financées devront-elles appuyer les politiques climatiques décriées du Canada?

Denis Labelle, président de l'AQOCI

Le Québec « mis sur la touche »

L'Association estime par ailleurs que le soutien accordé aux ONG québécoises se dégrade, si bien que plusieurs d'entre elles « vivent aujourd'hui avec leurs dernières liquidités ». Les organisations basées au Québec n'ont obtenu que 11,2 % des 143 millions de dollars accordés à la suite du dernier appel de proposition de l'ACDI, alors que la province représente 23 % de la population canadienne, relève l'AQOCI.

Faute d'un réajustement, le Centre international de solidarité ouvrière (CISO) devra fermer ses portes en 2013, explique sa coordonnatrice Michèle Asselin. « Le CISO, qui oeuvre à défendre les droits des travailleuses et travailleurs dans plusieurs pays, existe pourtant depuis 1975 et a été très bien évalué par l'ACDI au cours de ces années », indique-t-elle dans le communiqué.

L'Association note par ailleurs que l'ACDI a financé des organisations religieuses et a accordé 4,5 millions de dollars à une fondation qui appartient à des compagnies minières et pétrolières de l'Alberta.

L'AQOCI chapeaute 65 organisations non gouvernementales oeuvrant au Québec et à l'étranger, parmi lesquelles figurent notamment Avocats sans frontières Canada, Care Canada, le Centre d'étude et de coopération internationale (CECI), Équiterre et Oxfam-Québec.

Politique