•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre de Victoria Stafford : Terri-Lynne McClintic avoue avoir participé au crime

Terri-Lynne McClintic à la barre des témoins Photo: CBC
Radio-Canada

Au procès de Michael Rafferty, à London, la jeune femme qui s'est reconnue coupable du meurtre, en 2009, de la petite Victoria Stafford, a admis avoir participé au meurtre.

Alors que certains croyaient que Terri-Lynne McClintic pointerait du doigt Michael Rafferty, celle-ci a expliqué avoir frappé la fillette à plusieurs reprises avec un marteau. Elle a aussi dit avoir aidé à camoufler son corps.

Terri-Lynne McClintic est l'ex-petite amie de Michael Rafferty, qui clame, lui, son innocence.

D'importantes recherches policières avaient été menées, il y a trois ans, après la disparition de Victoria Stafford, âgée de 8 ans. C'est la confession de Terri-Lynne McClintic qui avait permis à la police de retrouver son cadavre.

Au palais de justice de London, où se tiennent les audiences, les deux salles réservées au procès étaient bondées.

Enfance trouble

Terri-Lynne McClintic a raconté en cour qu'elle n'avait jamais connu sa mère, une effeuilleuse, et que sa mère adoptive buvait et n'avait jamais eu d'emploi stable. Elle a dû déménager plusieurs fois dans le Sud et le Nord de l'Ontario lorsqu'elle était enfant.

La femme de 21 ans n'a jamais terminé ses études secondaires. Elle fumait de la marijuana dès l'âge de 8 ans. Elle admet que sa mère adoptive et elle avaient un problème de dépendance aux drogues et aux médicaments, comme l'OxyContin.

Elle explique qu'elle prenait cet antidouleur pour se sentir « normale. » Elle se droguait quotidiennement.

Terri-Lynne McClintic a été condamnée à plusieurs reprises pour voies de fait. Elle purge présentement une peine d'emprisonnement à perpétuité pour le meurtre de la petite Victoria.

Michael RaffertyL'accusé, Michael Rafferty, écoute en cour le témoignage de Terri-Lynne McClintic. Photo : CBC

Elle a dit avoir rencontré Michael Rafferty en février 2009, dans une pizzeria de Woodstock. Elle a raconté qu'elle lui fournissait illégalement de l'OxyContin.

Enlèvement

Terri-Lynne McClintic a expliqué en cour que le jour de la disparition de la petite Victoria, Michael Rafferty l'avait amenée en voiture devant l'École Oliver Stephens et lui aurait demandé : « vas-tu le faire? »

Elle raconte qu'elle a abordé la victime en lui demandant son nom et pourquoi elle rentrait seule à la maison. Elle lui a dit qu'elle avait un petit chien et lui a demandé si elle voulait le voir. La petite Victoria a répondu que oui et elles sont montées rapidement dans la voiture de l'accusé.

Terri-Lynne McClintic affirme que son petit ami de l'époque lui a ensuite ordonné de couvrir la fillette, assise sur la banquette arrière, d'un manteau noir.

Le père de la petite, Rodney Stafford, a confié mardi qu'il était « très, très difficile » pour lui d'écouter ce témoignage.

Selon la Couronne, le duo a enlevé Victoria Stafford à sa sortie de l'école, à Woodstock, avant de l'emmener en voiture à plus de 100 kilomètres au nord, dans une région rurale. La fillette y aurait été agressée sexuellement avant d'être tuée à coups de marteau à la tête.

Doute raisonnable

Michael Rafferty, âgé de 31 ans, a plaidé non coupable à des accusations de meurtre prémédité, d'agression sexuelle causant des blessures et d'enlèvement.

La défense pourrait exploiter certaines contradictions et des trous dans les différentes versions des faits relatés par Terri-Lynne McClintic pour la discréditer et tenter de semer le doute dans l'esprit des jurés sur la culpabilité de Michael Rafferty.

Avec les informations de La Presse canadienne

Justice et faits divers