•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean Charest discute du Forum mondial de la langue française à Paris

Le premier ministre du Québec Jean Charest a rencontré le secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie, Abdou Diouf.
Le premier ministre du Québec Jean Charest a rencontré le secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie, Abdou Diouf. Photo: La Presse canadienne / AP/Remy de la Mauviniere
Radio-Canada

Le premier ministre du Québec, Jean Charest, rencontre actuellement le secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie Abdou Diouf, dans le cadre d'un séjour de quelques jours à Paris.

Les deux hommes doivent discuter du premier Forum mondial de la langue française, qui se tiendra du 2 au 6 juillet à Québec. L'événement se veut un lieu d'échanges et de réflexions sur la place du français dans le monde.

« C'est extrêmement important. On travaille beaucoup pour en faire un succès », avait dit le premier ministre en prévision de cette rencontre.

MM. Charest et Diouf doivent aussi parler du prochain Sommet de la Francophonie, qui aura lieu du 12 au 14 octobre à Kinshasa, en République démocratique du Congo, et de la Conférence de l'ONU sur le développement durable (Rio + 20), qui se tiendra du 20 au 22 juin, au Brésil.

En soirée, le premier ministre du Québec doit assister à une représentation spéciale de la comédie musicale Belles-soeurs, au Théâtre du Rond-Point, à Paris. M. Charest prendra la parole devant 700 invités français et québécois.

Rattrapé par la question des droits de scolarité

Dimanche, Jean Charest a été l'invité de l'émission Internationales, diffusée sur les ondes de TV5 Monde. Plusieurs sujets y ont été abordés, dont les relations franco-québécoises, la francophonie, l'indépendance du Québec, le Plan Nord et les problèmes de l'industrie de la construction.

Le premier ministre a aussi dû répondre à une question sur les droits de scolarité dans les universités. Vendredi dernier, une soixantaine de Québécois étudiant à Paris ont manifesté devant la Délégation générale du Québec pour soutenir leurs collègues qui débraient pour pousser le gouvernement à négocier.

Jean Charest a fait valoir que la décision de son gouvernement de hausser les droits des 325 $ par année pendant 5 ans « a été mûrement réfléchie » et qu'« elle est bonne ».

Charest interpellé par un étudiant à Paris

Un jeune Québécois étudiant à Paris a tenté de déplier une pancarte ou une banderole devant Jean Charest, qui arrivait au siège de l'Organisation internationale de la Francophonie.

Le jeune homme a été intercepté et entraîné à l'écart. Il fait partie de la soixantaine de manifestants qui se sont réunis vendredi devant la Délégation générale du Québec à Paris en signe de solidarité avec les étudiants grévistes québécois.

La journée de mardi sera consacrée à des rencontres privées avec des personnalités membres de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) et du Parti socialiste. Le premier ministre devrait notamment rencontrer l'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

« Je verrai des amis qui s'intéressent, entre autres, à la politique française. Ça sera l'occasion de faire le point sur la campagne présidentielle sans pour autant s'en mêler. Vous comprenez qu'on fait un effort pour ne pas déranger les politiques français. Ils sont très occupés », a-t-il dit.

Mercredi, le premier ministre Charest prononcera une conférence intitulée « Le Québec sur la scène internationale : enjeux et perspectives » à l'Institut français des relations internationales.

Politique