Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève des étudiants : la musique au service de la cause

Des étudiants manifestent au centre-ville de Montréal, jeudi.

Des étudiants manifestent au centre-ville de Montréal, jeudi.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les étudiants en grève opposés à l'augmentation des droits de scolarité tenteront de se faire entendre grâce à un marathon musical de 48 heures à compter de vendredi, à Montréal.

C'est ce qui a été dévoilé dimanche par les représentants de la Coalition large de l'ASSÉ (CLASSE), et de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), en compagnie du Mouvement de mobilisation des étudiants en musique (MMEM).

En entrevue, la présidente de la FEUQ, Martine Desjardins, a expliqué que plus de 175 artistes, dont les Zapartistes, se succéderont sur scène. La journée de samedi se déroulera par ailleurs à la salle de spectacle L'Astral. Selon elle, il s'agit d'une nouvelle façon pour les étudiants de rallier la population à leur cause grâce à des moyens qui ne sont pas des manifestations.

La présidente de la FEUQ espère que la notoriété des artistes en incitera plusieurs à rejoindre les étudiants dans leur combat contre le gouvernement Charest.

Par ailleurs, la FEUQ et la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) s'impliqueront dans des activités communautaires au courant de la semaine un peu partout au Québec. Mme Desjardins a indiqué qu'en agissant de la sorte, les étudiants veulent « redonner ce que la société québécoise a investi en eux ».

Selon elle, plus de 160 000 étudiants sont actuellement en grève, un nombre qui devrait augmenter malgré le refus du gouvernement de Jean Charest de modifier sa position.

La présidente de la FECQ déplore que les libéraux continuent de « confronter » la jeunesse plutôt que de lui laisser sa place au sein de la société.

Mme Desjardins rappelle que le premier ministre Jean Charest, qui est également responsable des dossiers qui concernent la jeunesse, a fait très peu dans ce domaine récemment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !