•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Massacre en Norvège : Anders Behring Breivik est accusé de terrorisme

Anders Behring Breivik au tribunal
Anders Behring Breivik au tribunal Photo: AFP / DANIEL SANNUM LAUTEN
Radio-Canada

Anders Behring Breivik, qui a avoué être l'auteur d'attaques qui ont fait 77 morts, le 22 juillet dernier, en Norvège, a été formellement accusé d'acte de terrorisme et d'homicide volontaire.

Le premier chef d'accusation retenu par les procureurs de l'État s'appuie sur une disposition de la loi antiterroriste qui interdit de perturber les activités gouvernementales et de répandre la peur dans la population.

Breivik, 33 ans, a reconnu avoir commis l'attentat à la voiture piégée devant le siège du gouvernement à Oslo, qui a fait 8 morts, avant d'aller massacrer 69 jeunes militants du parti travailliste réunis sur l'île d'Utoya à l'occasion d'un camp d'été.

L'acte d'accusation lui a été lu à la prison d'Ila, près d'Oslo, où il est actuellement en détention provisoire, dans l'attente de l'ouverture de son procès le 16 avril.

On peut y lire que 34 des jeunes travaillistes de l'île d'Utoya avaient entre 14 et 17 ans, 22 avaient entre 18 et 20 ans, 6 entre 21 et 25 ans, et 7 avaient plus de 25 ans.

uhst_ileutoyaL'île d'Utoya en Norvège

Anders Behring Breivik subit présentement une seconde évaluation psychiatrique. Une première évaluation ordonnée par le tribunal avait conclu qu'il n'était pas sain d'esprit, ce qui avait soulevé un tollé.

Les procureurs au procès ont fait savoir la semaine dernière qu'ils étaient prêts à conclure que Breivik souffre d'aliénation mentale et ne peut répondre de ses actes. Ils se réservent cependant le droit de changer d'avis en fonction de la seconde évaluation psychiatrique.

Peu importe les conclusions de cette seconde évaluation, il reviendra au juge de déterminer si Breivik peut être condamné à une peine de prison.

S'il est reconnu coupable, Breivik est passible de 21 ans de prison. S'il est reconnu non criminellement responsable, il risque l'internement psychiatrique, potentiellement à vie.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

International