•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victoria ne se presse pas pour casser la grève des enseignants

Les enseignants de la Colombie-Britanique entament une grève de trois jours dans l’espoir de faire bouger le gouvernement

Les enseignants de la Colombie-Britanique entament une grève de trois jours dans l’espoir de faire bouger le gouvernement

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement ne compte pas accélérer le vote du projet de la loi 22 qui obligerait un retour complet au travail des 41 000 enseignants qui ont entamé lundi une grève de trois jours en Colombie-Britannique.

« La grève est légale, il n'y a donc pas d'urgence », a déclaré Rich Coleman, le ministre de l'Éducation.

Le chef en chambre du Nouveau Parti démocratique, John Horgan, accuse les libéraux de se livrer à une tactique politique en étirant les débats, afin d'exacerber les tensions entre les parents, le syndicat des enseignants et le NPD.

M. Horgan affirme que l'opposition était prête à siéger en chambre la semaine dernière pour accélérer le projet de loi et ainsi écourter la grève.

Le projet de loi pourrait ne pas être en vigueur avant la semaine prochaine et permettrait aux enseignants de prolonger leur cessation de travail.

Les enseignants négocient depuis des mois

Les enseignants, qui ont voté à 87 % pour un arrêt de travail, restent fermes et espèrent toujours obtenir une augmentation de salaire de 15 % sur trois ans et de meilleurs avantages sociaux. Ils souhaitent également plus de financement et de ressources pour les élèves qui ont des besoins spéciaux.

La Fédération des enseignants de la Colombie-Britannique (BCTF) tente depuis six mois de sensibiliser le public à ses demandes. Les enseignants sont en grève du zèle depuis le début de l'année scolaire en refusant de faire des tâches administratives.

Cette grève de trois jours pourrait être suivie par un jour de grève par semaine, dès la semaine prochaine.

Casse-tête pour les parents

La grève donne du fil à retordre aux parents qui doivent trouver des services de garde pour leurs enfants.

Les parents sont encouragés à garder leurs enfants à la maison, même si les écoles du système scolaire anglophone acceptent les élèves qui n'ont pas d'autres endroits où aller.

Les écoles du Conseil scolaire francophone (CSF) sont officiellement fermées aux élèves, même si le personnel administratif et les employés non syndiqués doivent se présenter au travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !