•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bureau du coroner veut retirer des tablettes le sirop contre la toux

Pharmacie

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le sirop contre la toux aurait causé le décès de deux hommes l'année dernière, selon un rapport du Bureau du coroner rendu public lundi, qui recommande que le sirop contenant cette substance ne soit plus en vente libre.

Yvon Boucher, 64 ans, originaire de Saint-Georges de Beauce et Marcel D'Amour, 65 ans, originaire de Québec, seraient morts à la suite d'une intoxication accidentelle au dextrométhorphane (DM), une substance retrouvée entre autres dans les sirops contre la toux.

M. Boucher, retrouvé sans vie le 7 avril dernier, prenait notamment du Prozac pour soigner la maladie bipolaire dont il souffrait. Pour combattre une bronchite, un médecin lui a prescrit du Biaxin et sa note précise « continuer sirop ». Or, mélanger Prozac, Biaxin et dextrométhorphane est « très dangereux », selon les coroners. Mais M. Boucher s'est procuré le Biaxin dans une autre pharmacie que celle où se trouvait son dossier. Le pharmacien ne l'a donc pas informé des interactions possibles entre les médicaments.

Quant à Marcel D'Amour, décédé le 5 mai 2011, une présence de dextrométhorphane à une concentration supérieure au seuil toxique aurait été retrouvée dans son organisme.

La coroner Andrée KronströmAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La coroner Andrée Kronström

Photo : Radio-Canada

Les coroners, Dr Pierre Guilmette et Me Andrée Kronström, recommandent donc de retirer ces sirops des tablettes des pharmacies pour qu'ils ne soient plus en vente libre.

« Cela permettrait au pharmacien d'exercer un contrôle, d'annoter le dossier du patient et également de prodiguer des conseils sur la prise du médicament, les dangers de ne pas suivre la posologie et également les possibilités d'interactions médicamenteuses avec d'autres médicaments », dit Me Kronström.

Ils proposent également que le Collège des médecins du Québec sensibilise ses membres aux dangers de recommander et de prescrire le dextrométhorphane aux patients prenant déjà certains médicaments.

Le rapport note qu'entre 2000 et 2009, 20 décès ont été causés par une intoxication involontaire à des médicaments en vente libre, soit les antitussifs (notamment le dextrométhorphane), l'acétaminophène (contenue dans le Tylenol) et l'acide acétylsalicylique (contenue dans l'Aspirine).

L'Ordre des pharmaciens se penche sur ces conclusions

Diane Lamarre, présidente de l'Ordre des pharmaciens du QuébecAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Diane Lamarre, présidente de l'Ordre des pharmaciens du Québec

Photo : Radio-Canada

Les pharmaciens prendront le temps d'évaluer la recommandation des coroners. « Il faut regarder l'ensemble du dossier en fait parce que ce produit-là, utilisé par beaucoup de gens, c'est un produit d'accès général », a déclaré la présidente de l'Ordre des pharmaciens du Québec, Diane Lamarre, à l'antenne de RDI.

« Ailleurs au Canada, les petits formats de dextrométhorphane sont vendus dans les stations-service et les dépanneurs. Alors chez nous [au Québec], c'est seulement vendu en pharmacie, mais il faut assurer un bon contrôle et une bonne information », a-t-elle estimé.

Au sujet du décès lié à une interaction médicamenteuse, Mme Lamarre a indiqué qu'il aurait peut-être pu être évité avec le Dossier de Santé du Québec. « Quand le DSQ [...] va être en vigueur, tous les pharmaciens vont avoir accès rapidement à l'information des médicaments pris par le patient dans une autre pharmacie, et ça, ça aurait pu aider à protéger le patient aussi », a-t-elle affirmé.

Mme Lamarre a rappelé que Santé Canada déconseille depuis 2008 d'administrer aux enfants de moins de 6 ans des sirops contre la toux, leur faible efficacité pour les jeunes enfants ne suffisant pas à compenser les risques de surdosage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !