•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États généraux sur la souveraineté du Québec sont lancés

Le président du Conseil de la souveraineté du Québec, Gérald Larose, au lancement des États généraux sur la souveraineté du Québec (Montréal, 4 mars 2012)

Le président du Conseil de la souveraineté du Québec, Gérald Larose, au lancement des États généraux sur la souveraineté du Québec (Montréal, 4 mars 2012)

Photo : Radio-Canada/Anouk Desgroseilliers

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les travaux de la Commission nationale des États généraux sur la souveraineté du Québec ont débuté dimanche, à Montréal.

Le président du Conseil de la souveraineté du Québec, Gérald Larose, a dévoilé les noms des sept membres de la Commission :

  • Michelle Bussières
  • Amélie Dionne
  • Yasmina Drissi
  • Tania Kontoyanni, porte-parole de la Commission
  • Renaud Lapierre
  • Danic Parenteau
  • Sébastien Ricard

Un document de discussion sera publié dans quelques semaines pour amorcer la discussion. Les commissaires entameront ensuite une tournée des régions du Québec pour inviter les citoyens à participer au débat.

« Cette tournée culminera en juin en une grande assemblée des forces vives du Québec qui partagera les conclusions des débats régionaux et définira la deuxième étape », a précisé Tania Kontoyanni.

La souveraineté du Québec est plus que jamais urgente. Et, avec la contribution des citoyens, les États généraux serviront d'accélérateur de la marche de notre nation vers son indépendance.

Amélie Dionne

Les États généraux sur la souveraineté ont le mandat d'établir un consensus sur le développement de la nation québécoise. Les citoyens de toutes les régions du Québec sont invités à participer aux travaux.

En entrevue à RDI en août dernier, Gérald Larose avait déclaré que la tenue d'États généraux était un bon moyen de réunifier la famille souverainiste et de calmer la crise qui secoue le PQ depuis juin dernier.

Gérald Larose, président du Conseil de la souveraineté du QuébecAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gérald Larose, président du Conseil de la souveraineté du Québec (archives)

Il avait ajouté qu'un mouvement social est nécessaire pour réaliser la souveraineté et qu'un parti politique ne pourrait y parvenir seul.

La chef du Parti québécois, Pauline Marois, s'était alors déclarée favorable à l'idée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !