•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appels trompeurs: 31 000 signalements transmis à Élections Canada

digital
Photo: iStock / iStockphoto

Élections Canada annonce qu'il enquêtera sur les appels trompeurs robotisés lors de la dernière campagne électorale fédérale, confirmant les informations qui circulaient à ce sujet depuis quelques jours dans les médias.

Son porte-parole John Enright n'a pas précisé si l'enquête s'étendra au-delà de la circonscription de Guelph, où l'agence fédérale a commencé ses investigations dans les jours suivant l'élection.

Il a cependant précisé avoir reçu pas moins de 31 000 signalements de citoyens disant avoir été victimes de ces appels automatisés annonçant faussement, au nom d'Élections Canada, que leur bureau de scrutin avait changé de lieu. Ces appels pourraient avoir empêché de nombreux électeurs de voter.

John Enright affirme que ce volume élevé de signalements s'explique le fait que les partis d'oppositon ont invité les citoyens à contacter Élections Canada s'ils pensent avoir été victimes d'appels trompeurs aux élections. Élections Canada promet de se pencher sur chaque plainte et d'agir en conséquence.

Le chef intérimaire du Parti libéral, Bob Rae, a qualifié la situation de sans précédent dans l'histoire et mis au défi le premier ministre de continuer à nier sa gravité.

Le chef libéral Bob RaeLe chef libéral Bob Rae

À moins que le premier ministre et ses collègues ne soutiennent que ces 31 000 Canadiens participent à une campagne de salissage, il aura bien des difficultés à faire abstraction de ces plaintes.

Le chef libéral Bob Rae

À titre comparatif, Élections Canada avait reçu 1352 plaintes aux élections de 2008 et 329 en 2006.

Élections Canada enquête sur RMG

Selon la CBC, des enquêteurs d'Élections Canada se rendront la semaine prochaine au centre d'appel de Responsive Marketing Group (RMG) de Thunder Bay pour y interroger plusieurs employés en lien avec les plaintes déposées dans la circonscription de Guelph.

Ces employés avaient été engagés par les conservateurs pour faire du pointage téléphonique lors des élections de mai 2011.

Un porte-parole du Parti conservateur, Fred Delorey, a par ailleurs nié les informations de la CBC selon lesquelles le parti aurait entrepris de réécouter les enregistrements des appels logés par les employés de RMG à Thunder Bay avant l'arrivée des enquêteurs d'Élections Canada.

Les partis d'opposition multiplient depuis des jours les attaques aux Communes contre les conservateurs qu'ils accusent de fraude électorale majeure. Selon l'opposition, des électeurs de près de 47 circonscriptions leur ont signalé avoir reçu des appels visant à les décourager à de se rendre aux urnes.

Vendredi encore, les conservateurs ont continué à maintenir qu'ils n'avaient rien à se reprocher.

« Nous avons dirigé une campagne de façon éthique et honnête. Et nous sommes tout à fait prêts à coopérer avec Élections Canada », a affirmé le député Pierre Poilièvre, son collègue Dean Del Mastro accusant l'opposition de faire de la diffamation.

Jeudi, le gouvernement de Stephen Harper a accusé les libéraux d'avoir eux-mêmes eu recours à des appels automatisés des États-Unis lors de la dernière campagne.

Le chef libéral Bob Rae a répliqué en proposant de présenter le registre des appels effectués pour le compte des libéraux lors de la dernière campagne électorale.

Ontario

Politique