•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nourrir les tumeurs pour les empêcher de se répandre

Une tumeur cancéreuse
Une tumeur cancéreuse
Radio-Canada

Augmenter l'apport sanguin à une tumeur pourrait empêcher le cancer de gagner d'autres parties du corps, affirme un cardiologue de London, en Ontario.

Si cette hypothèse va à l'encontre des théories généralement admises, la Société canadienne du cancer a accordé au Dr Geoffrey Pickering une subvention de 200 000 $ afin de mettre à l'épreuve son idée qui pourrait, si elle s'avère efficace, forcer la médecine à revoir le traitement du cancer.

À l'heure actuelle, certains chercheurs estiment qu'il faut priver une tumeur de son apport sanguin pour freiner sa propagation. Cette technique, appelée antiangiogenèse, n'a toutefois pas donné de résultats concrets.

Pour le Dr Pickering, cardiologue et professeur de médecine à l'Université de Western Ontario, il faut précisément faire le contraire. Selon lui, le fait de bloquer l'apport sanguin augmente l'agressivité des tumeurs. Il faut plutôt les nourrir, en augmentant leur approvisionnement en sang, pour qu'elles ne prennent pas la direction d'autres zones.

Le médecin reconnaît que l'idée d'augmenter délibérément l'apport sanguin à une tumeur peut sembler paradoxale, mais il estime que c'est une bonne façon de l'empêcher de devenir agressive.

Si le cancer est mortel pour bien des gens, c'est principalement à cause de sa capacité de s'étendre à différents organes.

Dr Pickering

Dans un premier temps, le Dr Pickering et son équipe vont vérifier l'hypothèse chez des souris ayant divers types de cancer, notamment celui du sein, du poumon, du cerveau et du côlon. Ils auront recours à des techniques de microscopie spécialisée et à l'imagerie par résonance magnétique pour observer le débit sanguin. Ils pourront ainsi voir si les tumeurs « nourries » se propagent ou non.

Le fait que le sang circule plus librement pourrait aussi permettre, selon le Dr Pickering, aux médicaments anticancéreux d'atteindre plus efficacement la tumeur.

Le saviez-vous?

La Société canadienne du cancer estime que 177 800 nouveaux cas de la maladie ont été diagnostiqués en 2011 au pays et que 75 000 personnes en sont mortes.

Santé