•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TransCanada lance la construction partielle de Keystone XL

Des tuyaux du projet pipeline Keystone XL de TransCanada sont empilés près de Gascoyne, au Dakota du Nord.

Des tuyaux du projet pipeline Keystone XL de TransCanada sont empilés près de Gascoyne, au Dakota du Nord.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'entreprise canadienne TransCanada a confirmé lundi le lancement de la construction d'une partie de l'oléoduc géant Keystone XL dans le sud des États-Unis, afin de désengorger le réseau entre l'Oklahoma et le Texas

Le coût de cette portion du projet est estimé à 2,3 milliards de dollars américains. Il pourrait entrer en service au cours du second semestre de 2013.

TransCanada souligne dans un communiqué que la production américaine de pétrole a beaucoup augmenté dans certaines parties des États-Unis.

La capacité des pipelines n'est pas suffisante pour transporter cette production vers les raffineries de la côte du golfe du Mexique.

La carte du projet de construction de l'oléoduc Keystone XL.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tracé existant et expansion originellement proposée de l'oléoduc Keystone XL

Photo : TransCanada

L'engorgement du réseau force les producteurs à stocker une grande partie de leur production à Cushing, en Oklahoma.

Cette situation contribue à faire baisser les prix pour le pétrole du Canada et de certains producteurs américains.

Le projet annoncé lundi, baptisé « Gulf Coast », vise à répondre à cette situation.

Ce projet ne sera pas soumis à l'approbation du département d'État américain, un processus qui a retardé à plusieurs reprises le projet Keystone XL.

TransCanada avait fait part de son intention de procéder à la construction en deux temps.

TransCanada affirme également qu'elle demandera prochainement une nouvelle autorisation au président Obama pour la construction de la section de l'oléoduc entre la frontière canadienne et l'État du Nebraska, après le rejet en janvier par la Maison Blanche du projet dans sa forme initiale.

La partie canadienne du pipeline, à partir de l'Alberta, est déjà autorisée.

Une décision saluée à Washington

Le président Barack Obama « salue » la construction partielle d'une partie de l'oléoduc Keystone XL.
« Nous oeuvrerons avec TransCanada pour faire en sorte que [cet oléoduc] soit construit de façon sûre, responsable, et en respectant les délais, et nous nous engageons à prendre toutes les mesures possibles pour accélérer l'attribution des permis fédéraux nécessaires », a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, dans un communiqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !