•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Investiture républicaine : Romney et Santorum croisent le fer dans un débat télévisé

Les candidats à l'investiture républicaine Rick Santorum et Mitt Romney croisent le fer lors d'un débat sur les ondes de CNN, le 22 février.

Les candidats à l'investiture républicaine Rick Santorum et Mitt Romney croisent le fer lors d'un débat sur les ondes de CNN, le 22 février.

Photo : AFP / JUSTIN SULLIVAN

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les candidats à l'investiture républicaine s'affrontaient mercredi soir dans un débat télévisé à Mesa, en Arizona, où Mitt Romney, qui semble en perte de vitesse, joue gros face à son principal rival, Rick Santorum, propulsé par de récents succès.

Ron Paul et Mitt Romney ont tiré à boulets rouges sur Rick Santorum, remettant en question ses capacités à diriger le pays et soulevant des doutes sur son conservatisme fiscal en rappelant qu'il avait donné son appui au Congrès à des dépenses élevées, dont un projet de pont de 400 millions de dollars en Alaska qui n'a jamais été réalisé.

M. Santorum a répondu à M. Romney en rappelant qu'à titre d'organisateur en chef des Jeux olympiques de 2002 à Salt Lake City, M. Romney avait lui aussi pris des décisions qui avaient entraîné des dépenses élevées pour les contribuables.

Il s'agit d'une phase cruciale dans cette course à l'investiture du parti. Mitt Romney, souvent présenté comme le plus modéré des candidats restants, doit remporter à tout prix les prochaines primaires le 28 février en Arizona, où nombre d'électeurs sont comme lui de confession mormone, et surtout au Michigan, l'État où il est né et où son père a été gouverneur.

Les deux États étaient considérés jusqu'à récemment comme acquis pour Mitt Romney, mais ils semblent désormais à portée de main pour M. Santorum.

Ce dernier, un catholique ultraconservateur, a brusquement surgi d'une lointaine troisième place en remportant les scrutins républicains du Missouri, du Colorado et du Minnesota le 7 février, alors que Mitt Romney faisait jusqu'à cette date figure de favori.

Une victoire de Rick Santorum en Arizona ou au Michigan serait un coup dévastateur pour M. Romney à quelques jours du « super mardi », le 6 mars, où une dizaine d'États se prononceront à leur tour.

Selon un sondage de l'Université de Quinnipiac publié mercredi, M. Santorum devance M. Romney par 35 % d'intentions de vote contre 26 % parmi les républicains sur le plan national. Newt Gingrich (14 %) et Ron Paul (11 %) suivent le duo de tête de loin.

Mais le sondage a aussi montré que le président démocrate Barack Obama battrait Rick Santorum dans la course à la Maison-Blanche, tandis qu'un duel entre M. Romney et le président serait extrêmement serré.

Les prises de position de M. Santorum, un fervent opposant à l'avortement et au mariage homosexuel, effraient nombre de républicains qui doutent de sa capacité à rassembler assez de votes centristes pour se faire élire face à M. Obama.

En campagne mardi en Arizona, M. Santorum s'y est montré combatif. « Nous ne sommes pas ici seulement pour débattre, nous sommes ici pour gagner l'Arizona », a-t-il lancé.

De son côté, M. Romney, à la tête d'une campagne bien organisée et surtout bien financée, tente de rattraper son retard en inondant les écrans de télévision de spots de campagne visant ses adversaires.

Cette tactique a porté ses fruits, car selon les derniers sondages compilés par le site RealClearPolitics, l'écart se ressert dans le Michigan où M. Santorum (33,8 %) ne mène plus que d'une courte tête sur l'ancien favori (33 %).

Dans l'Arizona, M. Romney reste en tête, mais il perd du terrain.

Quelques heures avant le débat, M. Romney a reçu le soutien du journal Detroit News, au Michigan, pour lequel, « Mitt Romney est seul parmi les candidats républicains à pouvoir remporter la Maison-Blanche ».

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !