•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa investit dans la communauté malécite du Madawaska

Madawaska
Les terrains où le projet de la communauté malécite du Madawaska sera réalisé. Photo: Marie-Hélène Lange/Radio-Canada
Radio-Canada

Le gouvernement fédéral annonce une aide de 3,5 millions de dollars pour le développement économique de la communauté malécite du Madawaska, au Nouveau-Brunswick.

Le conseil de bande va investir près de 13 millions de dollars pour développer le « Grey Rock Power Centre », un secteur commercial longeant l'autoroute transcanadienne, près d'Edmundston. Une vingtaine de lots dans ce secteur sont offerts aux entreprises qui souhaiteraient s'y établir.

Les fonds fédéraux sont destinés à l'aménagement d'infrastructures nécessaires à l'ouverture de commerces, soit les routes, les égouts et les conduites d'eau.

Selon une étude réalisée pour le conseil de bande, ce projet peut générer des retombées économiques de 300 millions de dollars durant les huit premières années d'exploitation, si des entreprises s'installent dans le secteur. Une station-service et un restaurant devraient d'ailleurs ouvrir leurs portes à cet endroit dès cet été.

« Ça va créer de l'activité économique à Edmundston », souligne Bernard Valcourt, député de Madawaska-Restigouche et ministre responsable de l'APECA.

Le conseil de bande a embauché un agent de développement, Gabriel Sacratini, qu'il a chargé de négocier avec des géants du commerce de détail pour qu'ils s'installent dans la région.

« Ce qu'on essaie de faire présentement, c'est d'attirer de gros magasins, des magasins qui n'existent pas à Edmundson », indique M. Sacratini.

La chef Joanna Bernard affirme que le projet va générer de l'emploi pour les membres de sa communauté qui, espère-t-elle, deviendra un jour autosuffisante.

« On va être bon pour aider beaucoup de monde aussi, pas rien que la réserve de Madawaska, les autres réserves en Atlantique. C'est notre but aussi », souligne Joanna Bernard.

Affaires

Économie