ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aller au menu principalAller au contenu principalAller au pied de page
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Sedna IV repart à l'aventure pour célébrer la biodiversité

Le voilier Sedna IV

Cinq ans après avoir jeté l'ancre, le Sedna IV et son chef de mission, le biologiste Jean Lemire, entameront bientôt une expédition de trois ans consacrée à la biodiversité.

Après avoir sillonné l'Antarctique pendant plus d'un an pour étudier les conséquences du réchauffement climatique, le voilier océanographique canadien est sur le point d'entreprendre un tour du monde, sur terre et sur mer, pour « découvrir l'extraordinaire diversité de la vie et témoigner de son fragile équilibre », selon le communiqué publié par Radio-Canada, partenaire du projet.

L'équipage larguera les amarres ce printemps.

La mission, intitulée 1000 jours pour la planète, s'inscrit dans la foulée de la Décennie de la biodiversité des Nations unies (2011-2020), officiellement lancée par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, en décembre dernier. Le projet est d'ailleurs mené en partenariat avec le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique de l'ONU.

Nous proposons une grande expédition, un tour du monde à la voile pour dévoiler l'extraordinaire beauté du monde, pour comprendre le fonctionnement de nos milieux de vie et se questionner sur les grands défis de conservation auxquels nous sommes tous confrontés.

Extrait du communiqué

Les bouleversements environnementaux sans précédent, causés en grande partie par les activités humaines, provoquent la destruction accélérée de bon nombre d'habitats naturels et, donc, l'érosion de la diversité biologique. Selon la Convention sur la diversité biologique, les espèces disparaissent à un rythme 1000 fois supérieur au rythme naturel, et ce déclin risque encore de s'accentuer.

À l'heure actuelle, environ 34 000 espèces de plantes et 5200 espèces d'animaux, dont un huitième des espèces d'oiseaux, risqueraient l'extinction pure et simple.

Si rien n'est fait pour contrer ce phénomène, les scientifiques estiment qu'entre le tiers et la moitié des espèces connues pourraient disparaître au cours du prochain siècle.

En 2010, 193 pays se sont engagés à ralentir la perte de biodiversité sur leur territoire.

« Nous voulons célébrer la nature, sensibiliser le public d'ici et d'ailleurs sur l'importance de sauvegarder cette biodiversité qui supporte la vie », a soutenu Jean Lemire.

Un périple à suivre sur plusieurs plateformes

L'itinéraire prévu du Sedna

Associée pour ce projet aux productions Glacialis, Radio-Canada offrira plusieurs façons de suivre la mission.

Compilant un journal de bord, une carte interactive pour connaître le parcours du voilier, des dossiers thématiques, des photos et des vidéos, le site web Radio-Canada.ca/sedna permettra de suivre l'évolution de la mission au jour le jour. On pourra notamment y assister en direct à des diffusions depuis le bateau.

Le site proposera également un volet éducatif destiné aux enseignants. Lors de ses missions précédentes, plus d'un million de visiteurs avaient suivi au quotidien les aventures de l'équipage sur la toile.

L'émission Découverte diffusera trois documentaires d'une heure pendant la saison 2012-2013.

À la fin de 2013, RDI présentera de son côté la série Le Sedna autour du monde - L'aventure humaine, qui sera rediffusée à la télévision générale de Radio-Canada.

L'émission de radio Médium large suivra aussi de près la mission.

À l'été 2012, Espace pour la vie, le plus grand complexe muséal en sciences de la nature au Canada, inaugurera en outre l'exposition interactive 1000 jours pour la planète dans le Centre sur la biodiversité de l'Université de Montréal. À cette occasion, le grand public pourra communiquer en direct avec l'équipage.

Un long métrage documentaire, Requiem en bleu majeur, devrait par ailleurs être produit au terme de la mission.

Jean Lemire, tenant un aï, aussi appelé paresseuxJean Lemire, tenant un aï, aussi appelé paresseux

Environnement