•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Syrie : violences à Damas pendant la visite de l'émissaire chinois

Des images tirées de Youtube semblent montrer un soldat tirant sur une foule lors de funérailles dans le quartier de Messe, à Damas.

Des images tirées de Youtube semblent montrer un soldat tirant sur une foule lors de funérailles dans le quartier de Messe, à Damas.

Photo : AFP / Youtube

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les forces syriennes ont ouvert le feu samedi sur des manifestants contre le régime de Bachar Al-Assad à Damas, tuant une personne et en blessant au moins quatre autres, selon des témoins, au moment où un émissaire chinois en visite en Syrie plaidait pour la fin des violences.

La fusillade aurait éclaté lors des funérailles de trois jeunes protestataires tués la veille dans le quartier de Mezze, quartier stratégique de l'ouest de Damas abritant de nombreuses ambassades, des bâtiments gouvernementaux et des services de sécurité.

Le cortège funèbre aurait réuni plusieurs milliers de personnes, soit une des plus importantes mobilisations à Damas depuis le début du mouvement de contestation en mars.

« Les forces de sécurité ont tiré sur des milliers de civils participant dans le quartier de Mezze aux funérailles des victimes de vendredi, faisant des blessés », a confirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), basé à Londres.

Des affrontements ailleurs au pays

Pendant ce temps, les militaires continuaient samedi de bombarder les villes rebelles, comme Homs.

Selon des opposants au régime, les troupes loyalistes s'approchaient samedi de Baba Amro, un quartier du sud de Homs qui essuie les pilonnages les plus intenses depuis le début de l'offensive il y a deux semaines.

L'opposition a fait état vendredi de plusieurs manifestations hostiles au président syrien à travers le pays, y compris dans la capitale et à Alep, la grande ville du nord de la Syrie.

Les habitants d'Idlib, près de la frontière turque, font état d'un déploiement de l'armée avec des chars autour de la ville à l'aube, ce qui leur fait craindre un assaut.

Médiation chinoise

Juste avant les évènements qui ont endeuillé le pays, l'émissaire chinois à Damas, le vice-ministre des Affaires étrangères Zhai Jun, a appelé samedi toutes les parties en Syrie à cesser immédiatement les violences.

L'émissaire chinois, en visite à Damas pour deux jours pour tenter de dénouer la crise en Syrie, a apporté le soutien de Pékin au projet de Bachar Al-Assad d'organiser un référendum le 26 février sur une nouvelle constitution suivi d'élections parlementaires.

L'émissaire de Pékin, qui a rencontré le président syrien dans la journée, s'est engagé à « jouer un rôle constructif » et à « fournir une contribution » à la recherche d'une « solution appropriée au problème syrien », a rapporté l'agence officielle de presse Chine nouvelle.

La Chine et la Russie ont opposé le 4 février leur veto à un projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies destiné à appuyer les plans de la Ligue arabe, lesquels prévoient la mise à l'écart du président Bachar Al-Assad.

Les deux pays ont encore voté jeudi contre un texte similaire, mais sans valeur contraignante, adopté par l'Assemblée générale de l'ONU.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !