•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gaspésie : le Camille-Marcoux ira finalement en cale sèche aux Méchins

Radio-Canada

Groupe Maritime Verreault obtient finalement le contrat d'entretien du traversier N.M. Camille-Marcoux pour un montant de 2 258 679 $. Les travaux de cale sèche du traversier seront donc exécutés aux Méchins et non à Shelburne, près de Halifax, comme l'avait pourtant annoncé la Société des traversiers du Québec (STQ).

En novembre dernier, la STQ indiquait alors qu'un chantier maritime néo-écossais, Irving Shipbuilding, avait déposé la plus basse soumission en réponse à son appel d'offres qui se terminait le 24 octobre.

La STQ n'a finalement pas pu s'entendre avec Irving Shipbuilding.

Second soumissionnaire, Verreault Navigation obtient le contrat en raison de sa garantie d'honorer son prix déposé lors de son appel d'offres et de la disponibilité de sa cale sèche qui permet de réaliser les travaux selon l'échéancier établi.

Construit en 1974, le N.M. Camille-Marcoux entrera donc en cale sèche au chantier de Les Méchins, du 25 avril au 23 mai 2012.

Un juste retour des choses

Pour le chantier maritime gaspésien, il s'agit d'une douce revanche.

Le Groupe maritime Verreault effectue l'entretien du bateau qui relie Matane à Baie-Comeau et à Godbout depuis 25 ans.

La présidente du Groupe Maritime Verreault et chef de la direction, Denise Verreault, ainsi que plusieurs chefs de file de la région avaient condamné la décision de la STQ d'accorder le contrat au chantier néo-écossais.

Plusieurs soulignaient que le chantier Irving avait déjà obtenu la part du lion avec un faramineux contrat de 25 milliards de dollars pour la construction de vaisseaux de combats de la marine canadienne.

Denise-VerreaultAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La présidente du Chantier Verreault Navigation, Denise Verreault

Le contrat d'entretien du traversier prévoit l'installation d'un nouveau propulseur d'étrave, l'inspection des arbres porte-hélices et des réservoirs, ainsi que le remplacement de certaines de ses composantes.

Durant ce temps d'arrêt, Transports Canada procèdera à l'inspection du traversier afin de lui délivrer une nouvelle certification, d'une période de quatre ans.

Durant la période d'entretien du Camille-Marcoux, le N.M. Vacancier du Groupe CTMA assurera le service régulier de la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout.

Le service de traversier entre Matane et la Côte-Nord constitue le seul accès maritime offrant des départs à l'année entre la région de la Côte-Nord et celles du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie. le navire réalise plus de 1600 traversées annuellement, accueillant à bord plus de 115 000 véhicules et 200 000 passagers.

Un texte de Richard Lavoie

Est du Québec

Économie