•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bas-Saint-Laurent : Danielle Doyer laissera le champ libre à Pascal Bérubé

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le suspense est maintenant levé. La députée du Parti québécois Danielle Doyer a annoncé qu'elle ne se présentera pas dans la circonscription de Matane-Matapédia lors des prochaines élections générales.

La députée péquiste a choisi de rentrer dans ses terres après 18 ans de vie politique active au service de ses commettants. C'est avec beaucoup d'émotion que la députée a fait part de sa décision, vendredi, en conférence de presse.

Elle en avait informé l'exécutif de son association de circonscription la semaine dernière, mais elle avait réservé l'annonce publique pour plus tard.

La députée indique qu'elle quitte la vie politique avec regret, mais qu'elle désire maintenant passer plus de temps près des siens.

Danielle Doyer
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Danielle Doyer, députée de Matapédia

Danielle Doyer laisse ainsi la voie libre à son collègue de Matane Pascal Bérubé.

Aux prochaines élections, en raison de la refonte de la carte électorale, la circonscription qu'elle représente à l'Assemblée nationale sera fusionnée avec celle de Matane. M. Bérubé, qui sera donc orphelin de sa circonscription, a déjà exprimé son intérêt et son intention de prendre la relève de Mme Doyer dans la nouvelle circonscription Matane-Matapédia.

En annonçant sa décision, Danielle Doyer, rappelle qu'elle a représenté avec convictions ses électeurs de Matapédia. « Dans un comté s'étendant sur 34 municipalités et deux MRC, cela signifie beaucoup d'événements, de projets, de cas personnels, de demandes d'organismes et aussi, d'heures de déplacements », précise la députée.

Elle n'avait pas le désir d'être une députée fantôme dans une circonscription deux fois plus grande : « Vouloir continuer à travailler comme je le fais dans une circonscription encore plus grande, avec 3 MRC, 45 villes et villages m'est impossible. »

Ambivalence

Au cours des derniers mois, Mme Doyer a pourtant soufflé le chaud et le froid sur son avenir politique. La députée admet que sa réflexion a été longue.

En septembre dernier, Danielle Doyer avait laissé entendre à un journaliste du quotidien Le Soleil que les dissensions à l'intérieur de son parti l'avaient presque convaincu de lancer la serviette.

Puis, au début de la semaine, elle a rabroué son collègue de Matane, Pascal Bérubé, qui se montrait trop insistant, selon elle. La députée réagissait ainsi à l'annonce par son collègue de l'embauche de Romain Gagné, un organisateur politique d'expérience. Elle a alors qualifiée Pascal Bérubé de « cheval fougeux ».

Pascal Bérubé
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pascal Bérubé, député de Matane

Danielle Doyer a avoué qu'elle se sentait poussée vers la sortie par le jeune député matanais. À plusieurs reprises, elle a rappelé qu'elle seule déciderait de son avenir politique.

La députée n'avait pas assisté ni au caucus ni au congrès de son parti en janvier dernier.

Sa chef Pauline Marois avait alors dû préciser qu'aucune pression n'avait été exercée par la direction du parti sur Mme Doyer pour influencer sa décision.

Mme Marois avait même laissé entendre que d'autres possibilités pourraient s'offrir à Pascal Bérubé.

Une carrière politique bien remplie

Danielle Doyer demeurera députée jusqu'à la prochaine échéance électorale.

Elle est actuellement critique de l'opposition en matière de services sociaux, une fonction qu'elle remplit depuis janvier 2009. Elle assume également la présidence de la Commission des transports et de l'environnement.

La députée n'a pas l'intention de demeurer inactive après son départ de l'Assemblée nationale. Farouche indépendantiste, elle promet de continuer à travailler à « cet idéal qu'est la souveraineté du Québec ».

Danielle Doyer a été élue pour la première fois aux élections générales du 12 septembre 1994 avec 58 % des voix contre son adversaire libéral Henri Paradis. Elle a été réélue successivement en 1998, 2003, 2007 et 2008, toujours avec des majorités confortables.

Au cours de sa carrière politique, Mme Doyer a occupé les postes d'ajointe parlementaire au ministre responsable de l'Est du Québec et au ministre des Régions.

Dans l'opposition, elle a été porte-parole du Parti québécois en matière de forêts, de régions et de ruralité.

Le député de Matane, Pascal Bérubé, a indiqué qu'il commenterait la nouvelle en début de semaine prochaine.

En fin de journée vendredi, la chef péquiste Pauline Marois a expédié cette lettre à Mme Doyer.

Lettre de Pauline Marois

« Chère collègue, C'est avec regret que j'apprends ta décision de ne pas solliciter un nouveau mandat dans la circonscription de Matapédia que tu as si bien représentée depuis 1994. Je tiens à te remercier sincèrement pour ton engagement au cours de toutes ces années. Tu es une militante de la première heure pour la souveraineté du Québec et tu as su défendre avec énergie et sans relâche les citoyens de Matapédia pendant 18 ans à l'Assemblée nationale. Tu n'as jamais manqué une occasion pour interpeller les instances gouvernementales appropriées, au pouvoir comme dans l'opposition, pour stimuler l'économie de ta circonscription et du Bas-Saint-Laurent qui a connu son lot de difficultés, particulièrement dans le secteur forestier. Je t'ai vue à l'oeuvre avec intensité et courage, avec et pour tes concitoyens, tant à l'Assemblée nationale qu'au sein de notre caucus. Dans l'exercice de tes fonctions, tu as pris la défense avec conviction et passion des personnes aux prises avec des problématiques diverses, des travailleurs et des organismes communautaires. Je sais que la décision que tu as annoncée aujourd'hui fait suite à une longue réflexion et qu'elle n'a pas été facile à prendre. Je respecte ton choix et je veux t'assurer que tu manqueras énormément à tes collègues de l'Assemblée nationale et aux militants et citoyens de Matapédia. D'ici le prochain rendez-vous électoral, je suis certaine que tu continueras à donner le meilleur de toi-même. Je tiens à te remercier sincèrement pour ce que tu as fait depuis tant d'années et je te remercie à l'avance pour l'engagement que tu prends à poursuivre ton action militante à faire du Québec un pays. PAULINE MAROIS »

Un texte de Richard Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec