•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fredericton offre son soutien à un centre d'appels à Bathurst

Bathurst
L'édifice abritant le centre d'appels de Thing5 à Bathurst.
Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick offre une aide de 350 000 $ à un centre d'appels à Bathurst, propriété de l'entreprise Thing5.

Thing5 est une entreprise américaine qui a commencé ses activités sous le nom de Virtual Agent Services, il y a une douzaine d'années. Elle possède 15 centres d'appels dans la province, et elle emploie environ 700 personnes.

Le centre d'appels de Bathurst a ouvert ses portes il y a près d'un an. Il offre un service à la clientèle dans divers domaines, comme l'hôtellerie et les assurances.

Un dirigeant, Robert Campbell, explique qu'il compte sur la main-d'oeuvre bilingue qualifiée dans la région pour connaître du succès.

L'aide gouvernementale annoncée jeudi servira principalement à payer une partie des salaires de la cinquantaine d'employés. « C'est une compagnie importante. C'est une industrie, un secteur important », souligne le premier ministre, David Alward.

Thing5 a fermé trois centres d'appels dans des régions rurales de la province, dont celui de Saint-Louis-de-Kent en janvier dernier. Malgré tout, le ministre du Développement économique, Paul Robichaud, ne craint pas de faire un mauvais investissement.

« La compagnie doit non seulement de créer des emplois, de les maintenir pour une période de six ans au minimum, afin d'avoir accès au plein montant annoncé. Donc, pour nous, ce sont des garanties béton », explique le ministre Robichaud.

Cinq centres d'appels ont fermé leurs portes dans la région dans les cinq dernières années.

Affaires

Économie