•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouveaux appuis pour Mohamed Harkat

Mohamed Harkat écoute la conférence de presse

Mohamed Harkat reçoit l'appui d'organismes et de députés de l'opposition

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À quelques jours d'une nouvelle comparution devant la Cour fédérale d'appel, Mohamed Harkat soupconné d'activités terroristes, reçoit l'appui de deux députés de l'opposition et de groupes de défense des droits la personne. Ils demandent au gouvernement Harper d'abolir les certificats de sécurité.

La chef du parti Vert, Elizabeth May, et le député néo-démocrate, Don Davies, estiment que la procédure va à l'encontre des valeurs canadiennes et souhaitent que la Cour fédérale d'appel la déclare inconstitutionnelle.

Le coordonnateur de la Coalition pour la surveillance internationale des libertés civiles demande lui aussi l'annulation de ce système qui permet d'utiliser des informations secrètes inaccessibles à l'accusé et à la défense.

Une procédure inacceptable

Roch Tassé juge inacceptable le fait que des personnes puissent être détenues et déportées sur la base de rapports du Service canadien du renseignement de sécurité plutôt que sur des preuves présentées en cour.

Depuis sa libération en 2006, Mohamed Harkat demeure soumis à une série de mesures dont le port d'un bracelet électronique.

Mohamed Harkat n'a jamais cessé de clamer son innocence et de tenter de blanchir son nom. Il fait face à la déportation vers l'Algérie, son pays d'origine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !