ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean Charest impressionné par l'étendue des dégâts aux Îles-de-la Madeleine

Le premier ministre Charest en visite aux Îles-de-la-Madeleine.

Jean Charest a salué le travail des équipes d'Hydro-Québec.

Radio-Canada

De passage aux Îles-de-la-Madeleine, Jean Charest a pu mesurer l'étendue des dégâts causés par la tempête de verglas et constater l'avancée des travaux de reconstruction du réseau électrique. Le premier ministre considère que les « opérations vont bien » et que les équipes d'Hydro-Québec travaillent « à une bonne vitesse ».

Depuis l'avion qui l'a transporté sur place, Jean Charest s'est rendu compte de l'effet dévastateur du verglas. « On comprend mieux pourquoi les dommages sont importants », a-t-il déclaré, ajoutant que « les Québécois ont beaucoup d'affection pour les Îles » et qu'ils ont « tous été touchés par ce qui s'y passe ».

Le premier ministre a tenu à saluer le travail des employés d'Hydro-Québec, qui sont à pied d'oeuvre depuis lundi pour rétablir le courant. « La collaboration des équipes a été exemplaire », a-t-il souligné à l'issue d'une rencontre avec les élus du conseil municipal des Îles-de-la-Madeleine.

Interrogé sur l'implication du gouvernement auprès des sinistrés, Jean Charest a exclu l'idée d'une aide financière massive, précisant que « Québec offrira un soutien pour les biens essentiels qui ne seront pas couverts par les compagnies d'assurance privée ». Pour tout le reste, il conseille aux Madelinots de se tourner vers leurs assureurs.

Sur la question de l'allongement de la piste de l'aéroport, évoquée comme solution pour pallier la crise, Jean Charest a expliqué qu'il s'agissait d'une compétence fédérale. Selon lui, la situation présente « justifie » toutefois de prolonger le tarmac.

Hydro-Québec replante

Pendant ce temps-là, sur le terrain, l'opération « plantage de poteaux » se poursuit sans relâche depuis lundi. En tout, onze équipes de planteurs et cinquante équipes de monteurs sont à pied d'oeuvre. Arrivés par bateau, des dizaines de poteaux ont déjà été remplacés malgré le fort vent qui complique le travail.

Opétation « plantage de poteaux » aux Îles-de-la-Madeleine.

Le redoux facilite le travail des équipes d'Hydro Québec.

L'objectif de rebrancher 750 foyers par jour a, malgré tout, été sans doute dépassé mardi. Des centaines d'autres sont toujours privés d'électricité dans les secteurs de Havre-aux-Maisons, Grosse-Île et Grande-Entrée.

À Grosse-Île notamment, la coupure pourrait perdurer plus longtemps qu'en ailleurs, car les employés d'Hydro-Québec doivent replanter des poteaux plus grands, d'environ 25 pieds, qui nécessitent un ancrage plus profond.

Selon les derniers chiffres publiés mercredi matin par Hydro-Québec, le courant a été rétabli pour 100 clients à Havre-aux-Maisons, 400 à Havre-Aubert, 198 à Grosse-Île et 15 à l'Île d'Entrée. Actuellement, 1537 foyers sont toujours privés d'électricité, sur les 7000 que compte l'archipel.

Dans les 24 prochaines heures, les équipes de la société d'État ont pour objectif de reconnecter 1100 clients au réseau. L'objectif final étant maintenu pour samedi.

Tout juste rentré du Burkina Faso, où il était en mission pour la Fédération canadienne des municipalités, le maire des Îles-de-la-Madeleine se veut rassurant. « C'est un travail de longue haleine, mais les nouvelles sont encourageantes », a déclaré mercredi matin Joël Arsenau à l'antenne de RDI. « Chacun joue son rôle, la météo s'annonce clémente et le calendrier [d'Hydro-Québec] est respecté », a-t-il ajouté.

L'élu souligne que les Madelinots comprennent la situation, même si elle est assez pénible à vivre. « On n'est jamais à l'abri d'une catastrophe naturelle et on ne peut pas tout prévoir », admet Joël Arsenau, précisant que le contexte insulaire posait « un défi logistique » pour Hydro-Québec. Le maire estime ainsi qu'il faudrait « renforcer le point d'ancrage avec Québec » afin de « pouvoir déployer plus rapidement » les équipes d'intervention.

Pour éviter que le problème ne se reproduise, Joël Arsenau pense qu'il faudrait renforcer la ligne de transport à l'est des Îles.

Acadie

Société