•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Effacer la mémoire des neurones pour apaiser la douleur

Douleur au dos

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

L'élimination de souvenirs emmagasinés par les cellules nerveuses, les neurones, pourrait éventuellement aider à maîtriser la douleur chronique, affirment des chercheurs québécois.

Ces douleurs persistantes peuvent provenir de nombreux problèmes tels que des articulations arthritiques, une blessure à un nerf, ou une maladie comme la fibromyalgie ou le cancer.

Le neuroscientifique Terence Coderre et ses collègues de l'Université McGill pensent avoir découvert la clé qui permet de comprendre comment les souvenirs de douleur sont emmagasinés dans le cerveau de rats. Ils travaillent maintenant à trouver des solutions pour effacer ces souvenirs, et ainsi mieux contrôler la souffrance.

Le saviez-vous?

La médecine sait depuis quelques années que le système nerveux central se souvient d'expériences douloureuses qui laissent une trace mnésique de douleur. Ainsi, lorsqu'une nouvelle stimulation sensorielle apparaît, la piste de douleur présente dans le cerveau amplifie cette sensation. Par exemple, une simple caresse peut devenir insoutenable, comme c'est le cas pour les personnes souffrant d'une crise aiguë de goutte.

Le Pr Coderre donne un autre exemple de trace mnésique, celui d'une personne amputée et de son membre fantôme.

Mentionnons par exemple le cas d'un patient atteint de gangrène et dont le membre nécrosé est amputé. Si ce dernier était douloureux avant l'amputation, il arrive que la douleur persiste une fois l'intervention terminée.

Pr Coderre

En détail

Cette douleur « neuronale » participe au développement de la douleur chronique. Or, les travaux menés par le Pr Coderre et son équipe ont montré la responsabilité que la protéine Kinase M zéta dans la construction et le maintien de la mémoire, en renforçant les connexions neuronales. Les chercheurs ont découvert que, chez le rat, le niveau de cette protéine augmentait dans le système nerveux central après une stimulation douloureuse.

De plus, les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Science ont établi que le fait de bloquer l'activité de la protéine au niveau neuronal permet d'inverser l'hypersensibilité à la douleur. Conclusion : la destruction de cette trace mnésique de douleur réduit la douleur persistante et l'hypersensibilité au toucher.

Le Pr Coderre explique que la création d'un médicament qui cible une trace mnésique de la douleur comme moyen de réduire l'hypersensibilité à la douleur serait une première.

À l'heure actuelle, de nombreux médicaments ciblent la douleur au niveau des membres inférieurs et supérieurs en réduisant l'inflammation ou en activant les systèmes analgésiques cérébraux pour réduire la sensation de douleur.

Science