•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mars : d'autres indices d'un ancien océan

Mars
Photo: ASE
Radio-Canada

La sonde européenne Mars Express a découvert de nouveaux éléments qui tendent à confirmer qu'au moins un océan a déjà recouvert une partie de la planète voisine de la Terre. À l'aide de son radar MARSIS, l'orbiteur a détecté des sédiments révélateurs d'un fond marin dans les limites de rivages identifiés par le passé.

Ce radar, déployé en 2005, collecte des données depuis ce moment.

L'astronome français Jérémie Mouginot, de l'Institut de planétologie et d'astrophysique de Grenoble, et des collègues américains analysent depuis plus de deux ans les informations recueillies dans les plaines du nord. Premier constat : elles sont recouvertes d'un matériau de faible densité.

Nous interprétons ces mesures comme le signe d'un dépôt sédimentaire, probablement riche en glace. C'est un nouvel indice important en faveur de la présence autrefois d'un océan à cet endroit.

Pr Mouginot

Les scientifiques envisagent la présence passée d'océans sur Mars depuis plusieurs années, particulièrement depuis que les sondes renvoient des images de formations rocheuses qui rappellent des rivages marins.

À ce jour, deux théories se démarquent :

  • l'une remontant à 4 milliards d'années, quand la planète bénéficiait d'un climat plus chaud;
  • l'autre à 3 milliards d'années, quand les glaces souterraines ont fondu à la suite d'une recrudescence de l'activité géothermique causée par un impact important.

L'océan le plus récent n'aurait été que temporaire, car il aurait disparu en moins de 1 million d'années. L'eau aurait ensuite gelé sur place et se serait conservée sous la surface, ou se serait évaporée et dispersée dans l'atmosphère.

Selon le Pr Mouginot, l'eau ne serait pas restée suffisamment longtemps sous la forme d'un océan pour permettre à la vie d'apparaître.

Le saviez-vous?

MARSIS permet de sonder profondément et révèle la structure des 60 à 80 premiers mètres sous la surface.

Science