•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick coupe les vivres à une clinique de traitement de l'obésité

Chargement de l’image
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Assurance-maladie du Nouveau-Brunswick juge que certains services offerts à la clinique de traitement de l'obésité, à Bathurst, ne répondent pas aux critères de facturation.

Cette clinique a ouvert ses portes il y a huit mois. Elle offre des services gratuits comprenant un suivi médical, des programmes d'exercice et les conseils d'une diététiste, mais l'Assurance-maladie juge que certains de ces services ne sont pas remboursables.

« Est-ce qu'un médecin au moment où on se parle peut embaucher un professionnel pour faire de l'éducation, de la prévention? Est-ce qu'il peut facturer l'Assurance-maladie? Malheureusement, la loi est très claire que ceci n'est pas permis », précise la ministre de la Santé, Madeleine Dubé.

Cela déçoit la responsable de la clinique, la Dre Michelle Dion, qui doit se résoudre à facturer aux patients certains services.

« Je vais être payée pour te donner des pilules. Je vais être payée pour te diagnostiquer des maladies, mais je ne serai pas payée pour te dire quoi faire pour ne pas tomber malade. Ça n'a comme pas de sens, surtout dans la situation actuelle, lorsqu'on parle de prévention. »

— Une citation de  Dre Michelle Dion, responsable de la clinique

Pierrette Lagacé, de Petit-Rocher, est également déçue. Elle note une amélioration de sa santé depuis qu'elle fréquente la clinique.

« Mon médecin de famille avait l'intention de monter mes médicaments pour le cholestérol. Puis, quand j'ai été le voir trois mois passés, il a dit : "je ne sais pas ce que tu fais, mais non, on ne monte pas tes médicaments" », raconte Mme Lagacé.

Des patients font circuler une pétition pour manifester leur mécontentement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie