Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ex-haut dirigeant de SNC-Lavalin aurait aidé Belhassen Trabelsi

Belhassen Trabelsi, beau frère du président tunisien déchu Ben Ali

Belhassen Trabelsi, beau frère du président tunisien déchu Ben Ali (archives)

Photo : AFP / Fethi Belaid

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un ancien haut dirigeant de SNC-Lavalin aurait apporté son aide à Belhassen Trabelsi, beau-frère de l'ex-président tunisien déchu, Zine El-Abidine Ben Ali. La Couronne fédérale a par ailleurs déposé une requête pour obtenir des documents saisis au bureau de l'avocat montréalais de M. Trabelsi.

Des journalistes de CBC, qui ont collaboré avec l'équipe d'Enquête, ont recueilli, sous couvert de l'anonymat, les confidences d'employés de SNC-Lavalin qui dénoncent les activités douteuses de Riadh Ben Aïssa, jusqu'à jeudi soir vice-président directeur de la division construction.

Ben Aïssa dément avoir été congédié

SNC-Lavalin a annoncé jeudi soir que Riadh Ben Aïssa n'est plus à l'emploi de SNC-Lavalin. Dans un communiqué publié vendredi, M. Ben Aïssa dément avoir été congédié. Il assure que c'est plutôt SNC-Lavalin qui a accepté sa démission. Déplorant « les insinuations trompeuses quant à son départ, transmises volontairement par SNC-Lavalin, il dit avoir « décidé d'entreprendre les recours légaux pertinents contre SNC-Lavalin » afin de rétablir les faits et sa réputation.

Or, selon ces employés de SNC-Lavalin, l'homme aurait apporté son aide à Belhassen Trabelsi, beau-frère en fuite de l'ex-président tunisien déchu.

Par ailleurs, l'équipe d'Enquête avait déjà appris fin janvier que le vice-président principal, Développement des affaires, Afrique du Nord et Moyen-Orient, Kébir Ratnani, détiendrait une procuration écrite pour s'occuper de la luxueuse résidence à Westmount de Sakher el-Materi, gendre du président tunisien déchu. Sakher el-Materi est présentement au Qatar.

Kebir Ratnani, qui travaillait sous les ordres de Ben Aïssa, soutient que SNC-Lavalin est au courant de cet état de fait, mais la firme internationale d'ingénierie le dément.

Par courriel, Leslie Quinton, vice-présidente aux communications mondiales de SNC-Lavalin, soutient que c'est sur une base personnelle que M. Ratani a accepté la procuration.

« Si une discussion a eu lieu entre Kébir Ratnani et Riadh Ben Aissa à ce sujet, cela s'est effectué entre deux individus, et non au nom de l'entreprise. Nous pouvons vous confirmer que SNC-Lavalin n'est et n'a nullement été impliquée dans cette situation ».

Réaction de Ben Aïssa

Riadh Ben Aïssa dément tous liens avec M. Trabelsi, a-t-il laissé savoir vendredi soir par la voie de la firme de relation publique Cohn & Wolfe, dont il a retenu les services

« M. Ben Aissa n'a jamais parlé, ni même rencontré M. Trabelsi. Il ne connaît tout simplement pas l'homme en question. Par ailleurs, en aucun temps il n'a discuté avec un employé de SNC-Lavalin, Kébir Ratnani, du sort des membres de la famille Ben Ali ou de leurs biens. Ainsi, il va sans dire qu'il n'aurait pu apporter quelconque aide, directe ou indirecte, à Trabelsi et ce, dans quelconque circonstance », peut-on lire dans le communiqué.

Arrivé au Canada avec sa famille le 20 janvier 2011, peu de temps après la chute du régime, Belhassen Trabelsi doit se présenter devant la Commission de l'immigration et du statut de réfugié le 23 avril. Il fait face à une mesure de renvoi pour manquement à l'obligation de résidence au Canada, une condition essentielle au maintien de son statut de résident permanent.

La CBC rapportait déjà, il y a peu, que Riadh Ben Aïssa aurait joué un rôle dans la fuite de Saadi Kadhafi, un des fils du défunt dictateur libyen Mouammar Kadhafi.

Cette maison de Westmount appartient au gendre de Ben Ali.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cette maison de Westmount appartient au gendre de Ben Ali.

Des documents potentiellement compromettants

Enquête a appris qu'une requête a été déposée par la Couronne fédérale en Cour supérieure pour que soit levés les scellés apposés sur les documents saisis au bureau de l'avocat montréalais de M. Trabelsi, Donald Kattan.

La requête allègue que les documents pourraient démontrer l'implication de Me Kattan dans le transfert de fonds du Liban dans des comptes de la Banque Nationale pour Belhassen Trabelsi et le paiement de loyer, ici à Montréal, et ce en violation de la loi sur le blocage des biens des dirigeants corrompus.

Fin décembre, quelques semaines avant la chute du clan Ben Ali, SNC-Lavalin a obtenu un contrat de 340 millions de dollars pour la conception et la construction d'une centrale au gaz d'une puissance de 429 MW à Sousse, en Tunisie. Le projet est toujours en cours.

Reportage d'Enquête, 26 janvier

Réécoutez le reportage d'Enquête du 26 janvier dernier : Clan Ben Ali : la filière montréalaise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !