•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un regard scientifique sur le Plan Nord

Radio-Canada

Jusqu'à samedi, une centaine de scientifiques, spécialisés en nordicité, échangeront sur leurs plus récents travaux concernant la géologie, la géographie, les infrastructures ou les sciences de la nature.

Une des grandes conférences du 31e symposium annuel d'études nordiques portera notamment sur « La place de la science dans le Plan Nord ».

Le biologiste de l'UQAR Joël BêtyAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le biologiste de l'UQAR Joël Bêty

Photo : Mario Bélanger/UQAR

Le codirecteur de la Chaire de recherche en conservation des écosystèmes nordiques de l'UQAR, Joël Béty, estime qu'il y a une quantité de défis pour les chercheurs dans le développement en cours au nord du 49e parallèle. Selon M. Béty, le Plan Nord peut devenir un tremplin pour la recherche.

Il souligne, entre autres, que tous les enjeux environnementaux du Nord divisent la communauté scientifique entre ceux qui jugent en connaître suffisamment pour mettre en place certains projets et d'autres qui croient que cela va un peu trop vite compte tenu des connaissances du milieu.

De même, explique M. Béty, des partenariats sont à développer avec les gouvernements, avec les entreprises. La réalisation des études d'impacts demande une bonne connaissance des milieux nordiques, rappelle le chercheur. Il faudra répondre à la demande et former des gens, ajoute-t-il. « On parle d'une pénurie de main-d'oeuvre pour l'industrie, c'est la même chose pour la recherche », relève M. Béty.

Le symposium qui se déroulera au cours des trois prochains jours attire des scientifiques de tous les horizons de la biologie en passant par la géologie ou le génie.

Le centre d'études nordiques a plus de 50 ans. Créé à l'Université Laval, le centre regroupe maintenant plus de 200 chercheurs répartis dans différentes institutions. Un quart de ces chercheurs se retrouvent à l'UQAR. C'est la première fois en 31 ans que le symposium se déroule ailleurs qu'à l'Université Laval.

Pour la dernière journée du symposium, les participants se rendront sur la banquise qui borde le centre-ville de Rimouski.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Science