•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cinquième budget déficitaire en Alberta marqué par une hausse des dépenses

Le président du Conseil du Trésor de l'Alberta, Doug Horner, et le ministre des Finances, Ron Liepert, lors d'une conférence de presse sur le budget provincial 2012-2013 présenté jeudi.

Le président du Conseil du Trésor de l'Alberta, Doug Horner, et le ministre des Finances, Ron Liepert, lors d'une conférence de presse sur le budget provincial 2012-2013 présenté jeudi.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement conservateur albertain prévoit un déficit de 886 millions de dollars cette année, mais annonce une hausse marquée des dépenses, grâce à la perspective d'une croissance économique solide qui devrait se maintenir dans les années à venir.

Le déficit présenté dans le budget 2012-2013 sera le cinquième consécutif, mais le dernier avant un retour à des surplus impressionnant, selon le plan présenté jeudi par le ministre des Finances Ron Liepert. En 2014, il calcule que l'excédent budgétaire dépassera les 5 milliards de dollars.

Ces perspectives traduisent la vigueur de l'économie albertaine et en particulier de son secteur de l'énergie.

En 2012, le gouvernement albertain anticipe une croissance économique de 3,8 %, nettement supérieure aux 2 % attendus pour le pays dans son ensemble.

C'est surtout la croissance des revenus de l'énergie qui retient l'attention. Dans les derniers mois, les revenus tirés des ressources non renouvelables sont devenus la première source de financement pour le gouvernement.

Les redevances des sables bitumineux devraient s'élever à 5,6 milliards de dollars pour 2012, soit la moitié des 11,2 milliards attendus. La production devrait dépasser deux millions de barils par jour et les redevances augmenteront encore plus rapidement en raison de l'arrivée à maturité de certains sites.

Le gouvernement insiste d'ailleurs sur la forte dépendance du budget aux recettes tirées de l'énergie, très variables d'une année à l'autre. Le vice-premier ministre et chargé du Conseil du Trésor Doug Horner a laissé entendre que les conservateurs entendaient ouvrir une discussion sur ce point, mais uniquement après les élections prévues au printemps.

Des dépenses en hausse

Dans son budget, le ministre Liepert prévoit que les revenus de la province pour l'année budgétaire 2012-2013 seront de 40,3 milliards de dollars, soit une hausse de 1,8 milliard par rapport à l'année dernière.

Les dépenses provinciales augmenteront de 1,3 milliard de dollars et atteindront un total de 41,1 milliards.

Cette augmentation des dépenses se fera sentir principalement en santé, en éducation et dans les services sociaux. En moyenne, les dépenses vont augmenter de 6,9 %.

Côté dépenses, l'augmentation est quasi-générale, avec un accent mis sur la santé, l'éducation et surtout les services sociaux. En moyenne, les dépenses augmenteront de 6,9 %.

Les personnes sévèrement handicapées et les bénéficiaires de l'aide sociale auront droit à une augmentation de 5 % dès le mois d'avril. Les travailleurs chargés de la prise en charge des handicapés recevront une augmentation de salaire de 5 %.

Plus de familles pourront accéder aux subventions pour la garde d'enfant, le revenu maximal pour en profiter étant porté à 50 000 $. Environ 5000 familles supplémentaires seraient concernées.

Les ministères de l'Éducation et de l'Éducation supérieure bénéficieront d'un financement en hausse pour les trois prochains budgets. Pour cette année, le budget pour les écoles primaires et secondaires augmentera de 3,4 %.

Davantage d'argent pour la sécurité de la province

Le gouvernement a aussi annoncé l'embauche de 55 shérifs pour renforcer la sécurité dans les salles d'audience. La GRC verra son nombre d'agents provinciaux augmenter de 90 au cours des deux prochaines années. La province veut embaucher 30 agents cette année et 60 en 2013-2014.

Le budget prévoit aussi l'embauche de 180 agents correctionnels et du personnel pour le nouveau centre de détention d'Edmonton.

Un budget préélectoral selon l'opposition

Les partis d'opposition sont unanimes à la suite de la présentation du budget. Ils croient tous qu'il s'agit d'un budget préélectoral qui tente de plaire à tout le monde en vue des prochaines élections provinciales qui auront lieu ce printemps.

Les chefs du Wildrose, du NPD, du Parti libéral et du Alberta Party ont tous déclaré qu'il s'agissait d'un budget irréaliste basé sur des projections économiques trop optimistes. Ils soutiennent tous que les conservateurs cachent leurs cartes à quelques semaines du déclenchement des élections.

La Fédération des travailleurs de l'Alberta et le Public Interest Alberta sont déçus que le gouvernement ne se soit pas attaqué aux réels problèmes économiques que vit la province avant le déclenchement des élections.

Seuls l'Association des conseils scolaires et le comité albertain des personnes handicapées se sont réjouis de l'augmentation de leur budget. Ils soutiennent que la première ministre a tenu sa promesse à la suite de son élection à la tête du Parti progressiste-conservateur en octobre dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !