•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de résidents des Maritimes s'inscrivent dans les universités de la région

Des étudiants
Radio-Canada

La Nouvelle-Écosse voit la plus forte diminution aux Maritimes du nombre de ses étudiants qui font leurs études dans la région. Le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard notent aussi une baisse.

La Commission de l'enseignement supérieur des provinces Maritimes souligne cette tendance dans un rapport publié mardi.

Depuis plusieurs années déjà, les Maritimes connaissent un déclin démographique, mais selon la directrice générale de la Commission, Mireille Duguay, ce phénomène n'explique pas la baisse des inscriptions dans les universités.

« Il y a un changement dans les tendances. C'est qu'il y a une proportion moindre d'étudiants qui choisissent d'aller à l'université que dans le passé », indique Mme Duguay.

Dix-huit pour cent des résidents de l'Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick âgés de 18 à 24 ans sont inscrits à l'université. C'est une légère baisse depuis 2005. En Nouvelle-Écosse, la proportion est passée de 25 % à 21 %.

À l'Université Sainte-Anne, le nombre d'étudiants est à la hausse, mais la tendance régionale inquiète le recteur Allister Surette, qui rappelle que le financement des gouvernements est de moins en moins généreux.

« Le seul autre moyen d'augmenter nos revenus, c'est accroître le nombre d'étudiants. Donc, si on a de la difficulté à ce niveau-là, c'est sûr qu'on va avoir de gros défis comme institution postsecondaire », affirme M. Surette.

La Commission de l'enseignement supérieur des provinces Maritimes n'a pas d'explication pour ce déclin. Elle a déjà commencé une étude pour en connaître les raisons.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie

Éducation