•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick peut maintenant déterminer l'avenir de ses forêts

Forêt
Radio-Canada

Le ministre des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick a rendu public, mardi, le deuxième rapport qu'il attendait pour préparer sa stratégie visant à assurer l'avenir de l'industrie forestière.

Au cours de la dernière année, deux groupes de travail se sont penchés sur la quantité de bois qui doit être récoltée dans les forêts de la province.

Le premier rapport, publié en novembre, suggère d'augmenter la coupe sur les terres de la Couronne. Le deuxième propose de tripler la quantité de bois récoltée sur les terres privées.

L'industrie forestière affirme qu'elle a besoin de connaître la quantité de bois qui sera disponible à long terme. « C'était certainement le but de l'association et nos membres de pouvoir atteindre plus de bois du privé », indique le directeur de l'Association des produits forestiers, Mark Arsenault.

Dans le plan d'aménagement qu'il est en train de préparer, le ministre Bruce Northrop doit aussi tenir compte des critiques des environnementalistes. Des groupes, comme le Conseil de la conservation du Nouveau-Brunswick, s'inquiètent de la disparition envisagée de zones protégées. Le ministre veut aussi assurer la viabilité des terres privées.

« Les propriétaires de lots boisés, il faut qu'ils soient capables de vendre leur bois sur les marchés », affirme pour sa part le vice-président de la Fédération des propriétaires de lots boisés privés, Jean-Guy Comeau.

Le ministre doit présenter son plan le mois prochain.

Industrie forestière

Économie