•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines de morts depuis vendredi en Syrie, selon l'opposition

Capture d'écran sur YouTube d'une vidéo réalisée par un activiste

Un homme porte une enfant victime des violences à Homs

Photo : AFP / Capture d'écran sur YouTube d'une vidéo réalisée par un activiste

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les violences en Syrie ont fait des centaines de morts depuis vendredi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une organisation basée à Londres.

Après 48 morts samedi, l'OSDH a rapporté 56 victimes dimanche. La moitié des personnes tuées étaient des civils, selon l'organisation. Des 28 victimes civiles de dimanche, 23 auraient été tuées à Homs, ville rebelle du centre du pays encerclée depuis des mois par les forces syriennes.

Dans la nuit de vendredi à samedi, au moins 230 personnes auraient été tuées à Homs par les forces de sécurité syriennes. Ce bilan était le pire à être signalé depuis le début du mouvement de contestation, en mars 2011.

Aucune confirmation n'est possible, le pouvoir syrien ayant restreint l'activité des médias indépendants en Syrie.

Cette vague meurtrière survient alors que la Russie et la Chine ont opposé leur veto à une résolution du conseil de sécurité de l'ONU concernant la répression en Syrie. Ce double veto a été condamné par plusieurs pays arabes et par l'Occident, notamment par le gouvernement du Canada.

La Russie en visite en Syrie

Le ministre des Affaires étrangères de la Russie, Sergueï Lavrov, a annoncé samedi qu'il se rendra en Syrie, en compagnie du chef des services de renseignement extérieurs.

La rencontre avec Bachar Al-Assad aura lieu mardi à Damas. Le ministère russe des Affaires étrangères « a l'intention de faire tout son possible pour une stabilisation rapide de la situation en Syrie via la mise en place rapide de réformes démocratiques indispensables ».

« Nous regrettons profondément l'issue du travail au Conseil de sécurité de l'ONU, qui aurait pu aboutir à un accord sur une position commune de la communauté internationale sur la situation en Syrie, si nos partenaires avaient témoigné d'une volonté politique », a ajouté le ministère.

De son côté, la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, a annoncé dimanche que les États-Unis allaient travailler à renforcer les sanctions existantes contre le pouvoir syrien et à en établir de nouvelles afin de le priver de financements et de livraisons d'armes. Par contre, la Ligue arabe a indiqué qu'elle comptait poursuivre ses efforts pour mettre fin aux violences en Syrie afin d'éviter une intervention militaire étrangère.

Rappelons que la Russie et la Chine s'étaient déjà opposées à un projet de résolution condamnant la répression en Syrie, en octobre dernier.

Le Canada condamne le double veto

Ottawa se dit extrêmement déçu de l'échec du vote qui a rallié 13 des 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU. Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, estime que le rejet de la résolution donne carte blanche au régime de Bachar Al-Assad qu'il qualifie d'illégitime.

De son côté, le Nouveau Parti démocratique estime que le gouvernement fédéral doit aller plus loin dans sa condamnation de la violence, en rappelant immédiatement son personnel diplomatique basé à Damas. Plus tôt cette semaine, Ottawa avait déjà réduit le personnel de l'ambassade en Syrie.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !