•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de 48 heures avant un possible lock-out à Toronto

Un passant durant la grève des éboueurs en 2009
Un Torontois se bouche le nez en passant près d'un amoncellement de déchets lors de la grève de 2009. Photo: La Presse canadienne / Darren Calabrese
Radio-Canada

Le syndicat des 6000 cols bleus fait état de progrès à la table des négociations, alors que le maire adjoint affirme qu'il reste beaucoup de travail à faire.

Doug Holyday et le dirigeant syndical, Mark Ferguson, ont fait ces commentaires jeudi soir, à l'issue d'une autre séance-marathon de pourparlers.

À 12 h 01 dimanche, les deux parties auront le pouvoir légal de déclencher un lock-out ou une grève.

Les cols bleus et la Ville considèrent que les discussions des deux derniers jours ont été fructueuses. Mais le maire adjoint Holyday dit qu'il n'est pas aussi « optimiste » que le syndicat quant à la possibilité d'éviter un conflit de travail.

Pour sa part, M. Ferguson affirme que l'offre présentée par les syndiqués comprend des concessions importantes.

Sécurité d'emploi

M. Holyday a soutenu dans le passé que la Ville voulait plus de « flexibilité » en matière de sécurité d'emploi.

Relations de travail

Politique