•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ultrasons comme contraceptif?

Des spermatozoïdes

Des spermatozoïdes

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le recours aux ultrasons pourrait bien révolutionner la contraception masculine d'ici quelques années.

Le Dr James Tsuruta et ses collègues de l'École de médecine de l'Université de la Caroline du Nord à Chapel Hill, aux États-Unis, affirment que leur technique innovatrice menée chez le rat permet de détruire les spermatozoïdes.

Les chercheurs ont soumis les testicules des rongeurs à des séances d'ultrasons de 3 mégahertz. Une solution saline chauffée à 37 degrés reliait les testicules à l'émetteur d'ultrasons afin d'en assurer la conductivité.

Ainsi, à la suite de deux séances de 15 minutes en 48 heures, les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Reproductive Biology and Endocrinology ont détruit l'ensemble des spermatozoïdes.

Le Dr Tsuruta estime que les résultats obtenus chez le rat peuvent se transposer aux humains.

Le saviez-vous?

Une éjaculation chez l'homme représente 39 millions de spermatozoïdes. Un total inférieur à 15 millions est considéré comme une concentration faible.

« À la différence de l'homme, le rat reste fertile même avec une très faible concentration de spermatozoïdes. Mais notre traitement non invasif par ultrasons a réduit les réserves de spermatozoïdes chez le rat à des niveaux très inférieurs à ceux que l'on dénombre normalement chez l'homme. »

— Une citation de  Dr Tsuruta

D'autres travaux sont maintenant prévus afin de déterminer combien de temps peut durer l'effet contraceptif, mais aussi pour établir si le recours répété aux ultrasons est dangereux.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !