Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

PQ : les militants adoptent la proposition sur les référendums d'initiative populaire

Pauline Marois et d'autres délégués péquistes lors de l'assemblée plénière dimanche.

Pauline Marois et d'autres délégués péquistes lors de l'assemblée plénière dimanche.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les 500 députés et militants péquistes réunis à l'occasion du Conseil national du Parti québécois (PQ) à Montréal ont adopté dimanche matin des propositions débattues la veille afin de renouveler le programme du parti. Celles sur les référendums d'initiative populaire, les transfuges politiques et le vote à 16 ans ont notamment reçu l'aval des délégués.

La proposition du député Bernard Drainville sur le recours à des référendums d'initiative populaire a été adoptée par les délégués après un cours débat. Cette initiative pourrait, par exemple, forcer le gouvernement à déclencher un référendum sur la souveraineté du Québec ou à mettre sur pied une commission d'enquête.

« Imaginez-vous, si on avait eu ce droit, au lendemain de [l'Accord du lac] Meech, lorsque le oui était à 65 %, on aurait pu demander un référendum sur l'indépendance, on l'aurait eue notre majorité, notre pays », a déclaré Bernard Drainville en assemblée plénière.

Lors d'une entrevue accordée aux Coulisses du pouvoir, la chef du PQ, Pauline Marois, a toutefois affirmé que ce mécanisme serait bien encadré. « On va baliser le tout. Et moi, je crois qu'il faut qu'il y ait un dernier geste qui puisse être posé par l'Assemblée nationale, par exemple, pour dire à quel moment va se tenir le référendum », a-t-elle dit. Mme Marois avait rejeté une proposition similaire en 2008.

Transfuges politiques et droit de vote à 16 ans

Une proposition pour encadrer les transfuges politiques a également été adoptée en assemblée plénière dimanche. Ainsi, les députés ne pourraient pas passer d'un parti à un autre lors du même mandat, sans passer par une élection partielle. Un député pourrait toutefois décider de siéger comme indépendant.

Par ailleurs, les délégués ont adopté la proposition sur l'octroi du droit de vote à 16 ans. Sur cette question, les militants et députés du PQ se sont montrés particulièrement divisés.

D'autres propositions portant, entre autres, sur la politique d'énergie canadienne et les sondages 48 h avant un scrutin ont été adoptées au courant de l'avant-midi.

Les délégués ont par ailleurs rejeté une proposition sur l'adoption d'un système électoral à deux tours pour le poste de premier ministre du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !