•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grand Falls-Windsor s'est relevée de la perte de sa papetière

Grand Falls-Windsor

L'ancienne usine d'AbitibiBowater à Grand Falls-Windsor.

Radio-Canada

La ville de Grand Falls-Windsor, à Terre-Neuve,est en pleine expansion et l'économie s'y porte plutôt bien, trois ans après la fermeture de son principal employeur, la papetière AbitibiBowater.

Cette usine a été la raison d'être de Grand Falls-Windsor pendant des décennies. Aujourd'hui, le gouvernement provincial est responsable du site. Il a exproprié AbitibiBowater à la suite de la fermeture de l'usine, en février 2009.

Lorsque l'usine a fermé, 750 ouvriers et travailleurs forestiers ont perdu leur emploi. Ken Stanley, un ex-travailleur forestier, affirme que ce qui le dérange le plus aujourd'hui est le fait que la ressource n'est pas exploitée.

Grand Falls-Windsor est en pleine effervescence. Des dizaines de maisons sont en construction. Le taux d'inoccupation des loyers est plus bas que jamais. Cet argent ne vient plus de l'usine.

Grand Falls-Windsor

Un quartier de Grand Falls-Windsor

« Ce qui arrive, principalement, c'est qu'au niveau économique ou financier pour la ville elle-même, il n'y a pas tellement de répercussion en soi », indique Linda Nadeau, enseignante.

Mme Nadeau ajoute que plusieurs travailleurs se sont exilés en Alberta pour trouver du travail, laissant derrière eux leur famille.

Quant à Kenneth Stanley, il s'estime chanceux parce qu'il n'est pas allé travailler en Alberta comme plusieurs de ses anciens collègues. Il aime son nouveau travail dans les travaux publics.

Affaires municipales

Économie