•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mohammad Shafia doit être acquitté, plaide son avocat

Mohammad Shafia est escorté par un policier au palais de justice de Kingston, suivi de son fils Hamed Mohammad et de sa seconde épouse, Tooba Yahya.

Mohammad Shafia est escorté par un policier au palais de justice de Kingston, suivi de son fils Hamed Mohammad et de sa seconde épouse, Tooba Yahya.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au palais de justice de Kingston, l'avocat de Mohammad Shafia a profité de sa plaidoirie finale, mardi, pour réclamer l'acquittement de son client. La thèse de la Couronne n'est que pure spéculation et les incertitudes sont trop nombreuses pour le faire condamner, a-t-il affirmé.

S'adressant aux sept femmes et cinq hommes qui composent le jury, l'avocat de Mohammad Shafia a présenté son client comme un homme qui a toujours pris des décisions dans le meilleur intérêt de ses enfants.

Il a soutenu que son client vivait pour ses enfants et que les allégations d'agressions à leur endroit étaient sans fondements.

Il s'est ensuite attardé à démolir la thèse de la Couronne, qui allègue que les trois accusés ont noyé les quatre victimes sur le site des écluses, avant de les placer dans la Nissan Sentra, qu'ils ont poussée dans le canal Rideau avec l'autre véhicule de la famille.

L'avocat de Mohammad Shafia a précisé qu'il s'agissait d'un plan très improbable. Si son client avait vraiment voulu tuer ses enfants, a-t-il dit, il aurait choisi un endroit et une méthode appropriés.

Il soutient en outre que son client n'aurait pas eu le temps nécessaire pour mettre à exécution le plan présenté par la Couronne, un plan qui laisse par ailleurs plusieurs questions en suspens : qui a fait quoi le soir du drame? Comment cela s'est-il passé?

Mohammad Shafia, sa seconde épouse Tooba Yahya et leur fils Hamed Mohammad Shafia sont accusés des meurtres prémédités de la première épouse de M. Shafia, Rona Amir Mohammad, et de trois filles que Mme Yahya a eues avec Mohammad Shafia : Zainab, Sahar et Geeti.

Les quatre femmes ont été retrouvées mortes noyées dans les eaux du canal Rideau, aux écluses de Kingston, dans une Nissan Sentra que la famille avait achetée quelques jours avant le drame, survenu dans la nuit du 29 au 30 juin 2009.

La défense évoque la thèse de l'accident

Les avocats de Tooba Yahya et de Hamed Mohammad Shafia ont livré leur plaidoirie finale en après-midi.

Les avocats de la défense soutiennent depuis le début du procès que les quatre victimes sont mortes à la suite d'un accident de la route survenu peu après que les 10 membres de la famille, de retour d'un voyage à Niagara Falls, se sont arrêtés dans un hôtel de Kingston.

Selon cette version, Zainab a demandé les clefs de la voiture sous prétexte d'aller chercher des effets personnels avant de s'enfuir avec la voiture sans avoir demandé la permission.

La Couronne présentera sa plaidoirie finale mercredi. Elle alléguera que les quatre femmes ont plutôt été victimes d'un crime d'honneur.

Les trois accusés, soutient-elle, voulaient laver l'honneur de la famille, qu'ils estimaient souillé par les comportements des adolescentes.

Le juge donnera ses instructions au jury jeudi. Les 12 jurés, qui ont entendu 58 témoins et examiné 162 pièces à conviction pendant 10 semaines, entreprendront ensuite leurs délibérations.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Ontario