•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chefs autochtones se préparent à leur première rencontre avec Stephen Harper

Le chef national de l'Assemblée des Premières Nations, Shawn Atleo, arrive à Ottawa, dans le cadre du sommet des Premières Nations.

Le chef national de l'Assemblée des Premières Nations, Shawn Atleo, arrive à Ottawa, dans le cadre du sommet des Premières Nations.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Les chefs autochtones rencontrent mardi le premier ministre canadien Stephen Harper dans le cadre d'un sommet pour lui faire part de leurs défis et leurs attentes.

Plusieurs d'entre eux étaient hier à Ottawa afin de finaliser leurs demandes.

Le premier ministre a annoncé le mois dernier la tenue d'un sommet attendu depuis longtemps lorsque la crise du logement frappant la communauté crie d'Attawapiskat a suscité l'indignation de la population et de l'opposition à Ottawa.

Douze ministres fédéraux et le gouverneur général du Canada, David Johnston, seront aussi présents à cette rencontre, la première à se produire entre les chefs des communautés et le premier ministre canadien depuis qu'il est au pouvoir.

Attentes des Premières Nations

Les Premières Nations souhaitent un nouveau cadre de négociation qui impliquerait un engagement de M. Harper vers un financement continu dans lequel les responsabilités seraient partagées entre le gouvernement fédéral et les Premières Nations.

La crise du logement, le développement économique et les lacunes en matière d'éducation figurent parmi les dossiers que les Premières Nations veulent faire avancer.

Moins de la moitié des étudiants autochtones finissent leurs études secondaires, comparativement à plus de 80 % chez les autres jeunes Canadiens. Les étudiants non autochtones ont plus de dix fois plus de chances d'obtenir un diplôme universitaire que les étudiants autochtones.

Cet écart frappant augure mal pour l'avenir, surtout quand on tient compte de la croissance rapide de la population d'âge scolaire des Autochtones partout au Canada.

Une étude suggère qu'en Saskatchewan, où l'économie a par ailleurs considérablement crû au cours des dernières années, plus d'une personne sur cinq qui fera son entrée dans le marché du travail au cours des 15 prochaines années sera autochtone.

Le chef national de l'Assemblée des Premières Nations, Shawn Atleo, est optimiste, mais il croit qu'il faut agir sans tarder.

« Nous avons plus de diplômés postsecondaires que nous n'en avons jamais eu dans notre histoire, mais nous risquons bien de perdre une génération, si nous ne faisons rien d'une manière urgente maintenant », a-t-il confié à Radio-Canada/CBC.

Plusieurs chefs sont cependant sceptiques, et craignent que l'agenda du premier ministre ne laisse peu de place aux préoccupations des Premières Nations.

Autochtones

Politique