•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Université de Moncton défend son processus de sélection d'un recteur

Université de Moncton
Le pavillon Léopold-Taillon de l'Université de Moncton (archives).
Radio-Canada

Le conseil des gouverneurs de l'Université de Moncton réplique aux commentaires formulés à son sujet récemment par le président de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick.

Le président de la SANB, Jean-Marie Nadeau, alléguait que la candidature de Bernard Richard au poste de recteur de cette université avait été rejetée pour des raisons politiques.

Le conseil des gouverneurs s'oppose d'ailleurs à la demande de Jean-Marie Nadeau de reconsidérer cette candidature.

Le conseil des gouverneurs se dit insulté par les propos de M. Nadeau; il soutient qu'il n'y a aucun lien entre la politique et la sélection d'un recteur.

« Je n'en reviens pas qu'on puisse imaginer des choses comme ça. Je ne comprends pas qu'il y ait des gens qui pensent ça, et surtout, qu'ils mettent ça sur la voie publique sans avoir rien vérifié. C'est assez insultant, je vais vous dire. Vraiment, c'est décevant », affirme Michel Cardin, membre du conseil des gouverneurs de l'Université de Moncton.

Le processus de sélection du prochain recteur se poursuit. Il ne reste que deux candidats dans la course, dont Marie-Josée Berger, qui sera à Moncton lundi pour défendre sa candidature. L'autre candidat, Raymond Théberge, visitera les trois campus la semaine prochaine.

Acadie

Éducation