•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Megaupload : deux nouvelles arrestations

Kim Schmitz

Kim Schmitz, fondateur de Megaupoload

Photo : AFP / STR

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une procureure néo-zélandaise a annoncé lundi l'arrestation de deux hommes recherchés par la justice américaine dans le cadre de l'enquête menée contre le réseau de partage de fichiers sur Internet Megaupload.

Les deux hommes ont été arrêtés en Europe pour violation de droits d'auteur et blanchiment d'argent, a indiqué la procureure Anne Toohey.

Sven Echternach, un Allemand de 39 ans, et Andrus Nomm, un Estonien de 32 ans, étaient cités dans l'acte d'accusation lancé le 19 janvier par un tribunal de l'État américain de Virginie.

Le tribunal avait ordonné la fermeture du site Megaupload et donné le feu vert pour procéder à l'arrestation de son patron Kim Schmitz, un ressortissant allemand de 37 ans, connu sous le pseudonyme de Kim Dotcom.

Les pirates informatiques du groupe Anonymous ont ensuite riposté en lançant une série d'attaques contre des sites Internet gouvernementaux américains, notamment celui du FBI.

Kim Schmitz, fondateur du site Megaupload.com, a nié lundi toute activité illégale et a demandé sa libération sous caution. Le tribunal rendra sa décision d'ici mercredi.

Trois autres responsables du site ont été arrêtés vendredi en Nouvelle-Zélande. Le Slovaque Julius Bencko est pour sa part toujours recherché par les autorités américaines.

Les suspects sont accusés d'avoir engendré plus de 500 millions de dollars de pertes pour les ayants droit et généré illégalement 175 millions de dollars de profit par l'entremise des abonnements et de la publicité.

La défense fera valoir que l'entreprise n'offrait que de l'espace de stockage en ligne.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !