•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fusion CAQ-ADQ entérinée par les membres de l'ADQ

Gérard Deltell et Francois Legault
Gérard Deltell et Francois Legault Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Radio-Canada

C'est maintenant officiel : les membres de l'Action démocratique du Québec ont voté dans une proportion de 70,5 % en faveur de la fusion de leur parti avec la Coalition avenir Québec (CAQ), parti fondé par François Legault et Charles Sirois.

C'est ainsi la fin d'un parti. Fait à souligner: le taux de participation des 2500 membres n'a pas excédé les 54 %. Ceux-ci se sont prononcés par la poste entre le 9 et le 19 janvier. La question soumise aux membres de l'ADQ était la suivante :

Êtes-vous en faveur de l'entente de principe intervenue entre l'Action démocratique du Québec et la Coalition avenir Québec en vue de leur fusion? Oui ou non?

Le vote, en détail

  • 1373 membres ont participé au processus de votation. De ce nombre, 35 bulletins de vote se sont avérés non conformes et ont été rejetés. 1338 votes ont été jugés valides.

  • 943 membres ont répondu être en faveur de la fusion (représentant 70,48 %),
  • 388 membres ont répondu ne pas être en faveur de la fusion (représentant 29 %),
  • 7 membres ont annulé leur vote (représentant 0,52 %).
Gérard DeltellGérard Deltell

Des questions sur le taux de participation

En conférence de presse tout juste après l'annonce des résultats, la chef du Parti québécois, Pauline Marois, a estimé que le faible taux de participation des membres de l'ADQ ôtait de la légitimité au résultat du vote sur la fusion et posait des questions sur la place du parti à l'Assemblée nationale.

Cela fait qu'ils ne rencontrent pas les critères d'un parti politique à l'Assemblée nationale.

Pauline Marois

En conférence de presse, lui aussi, le chef de la défunte ADQ, Gérard Deltell, a répondu à ce commentaire en invitant la chef péquiste à regarder les problèmes dans son parti avant de dénoncer les autres. Il s'est dit pleinement satisfait du taux de participation des membres à ce vote sur la fusion avec la CAQ.

Je tenais à ce que tous les membres puissent s'exprimer sur l'entente de principe. La moitié s'est exprimée et le résultat est clair.

Gérard Deltell

Gérard Deltell a dû aussi répondre à une question du journaliste de Radio-Canada Sébastien Bovet au sujet des déclarations de la recrue de la CAQ, l'ancien péquiste François Rebello, au sujet d'un éventuel programme de la CAQ en faveur de la souveraineté du Québec. Gérard Deltell a affirmé que la CAQ n'aura aucunement le projet de préparer la souveraineté ou de paver la voie à un référendum.

Nous sommes là pour nous attaquer aux problèmes concrets du Québec.

Gérard Deltell

À noter que François Legault n'a pas commenté publiquement dimanche le résultat du vote sur la fusion des deux formations politiques. Un porte-parole a cependant indiqué à Radio-Canada que François Legault était très satisfait.

Retour sur le projet de fusion

C'est le 13 décembre dernier, après des semaines de rumeurs et de rapprochements, que la CAQ et l'ADQ ont annoncé qu'elles fusionnaient pour ne faire qu'une seule formation politique. Dans les faits, l'ADQ intégrera la CAQ.

L'exécutif national du parti dirigé par Gérard Deltell avait déjà donné son aval à cette alliance.

Avec ce vote, les quatre députés adéquistes présents à l'Assemblée nationale, soit Gérard Deltell, François Bonnardel, Sylvie Roy et Janvier Grondin, pourront maintenant représenter la CAQ. Le parti de François Legault peut également compter sur quatre députés indépendants qui ont décidé de joindre la CAQ :

  • Benoit Charette, député de Deux-Montagnes
  • Daniel Ratthé, député de Blainville
  • Marc Picard, député de Chutes-de-la-Chaudière
  • Éric Caire, député de La Peltrie

Plus récemment, François Rebello, député péquiste de La Prairie, a lui aussi « sauté la clôture » pour rejoindre son mentor.

Quelques notes discordantes

La fusion avec le nouveau parti de François Legault ne fait pas l'unanimité et divise les troupes adéquistes.

Claude Garcia, membre de la commission politique de l'ADQClaude Garcia, membre de la commission politique de l'ADQ

Le président et le vice-président de la commission politique de l'ADQ, Claude Garcia et Adrien Pouliot, tous deux recrutés par le chef adéquiste Gérard Deltell, avaient déjà indiqué leur désaccord par rapport au projet d'entente.

Des militants adéquistes déçus du résultat se sont d'ailleurs réunis à Québec, à quelques pas de l'Assemblée nationale.

Ils ne contesteront pas le résultat du vote, estimant qu'il est clair et sans appel. « Le chat est sorti du sac. La question est réglée. Ça ouvre maintenant la voie pour ceux qui veulent avoir un vrai parti à droite du centre », a affirmé Adrien Pouliot.

De son côté, M. Garcia se réjouit que près de 400 adéquistes se soient opposés à la fusion. « Je suis convaincu qu'il y a de la place sur l'échiquier politique pour des idées de plus grande liberté économique, ainsi que plus de responsabilités individuelles et aux gouvernements locaux. On a un État trop centralisé qui fait beaucoup trop de choses et qui ne les fait pas nécessairement très bien », a souligné le président de la commission politique de l'ADQ.

« On va continuer le travail de l'ADQ, mais évidemment dans un autre véhicule », a-t-il précisé.

Le Parti libéral du Québec a réagi par la voix de son président, Marc Tanguay, en déclarant que l'ADQ s'est sabordée sans enthousiasme puisque seulement 37 % des membres se sont prononcés en faveur de la « fusion » avec la CAQ.

« Lorsque 63 % des membres refusent de se prononcer en faveur d'un geste aussi important, on ne parle plus d'une fusion mais d'une simple disparition. Il faut dire que ce n'est pas tous les jours qu'on offre à des militants de renier les idées et les principes qu'ils ont toujours défendus pour souhaiter gagner quelques points de sondage », a poursuivi M. Tanguay.

Rassemblement de la CAQ

Dès mercredi, la CAQ tiendra une réunion de travail à Québec.

Puis un premier grand rassemblement militant de la CAQ aura lieu dans la capitale québécoise, le 6 février.

Le lieu du rassemblement n'est pas encore fixé, mais la CAQ espère que plusieurs centaines de personnes participeront à l'événement.

Le choix de la ville de Québec pour ce premier rassemblement partisan n'est pas anodin, puisque c'est dans la région de la Capitale-Nationale que la CAQ est le plus populaire, selon des sondages.

Politique