•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cameco voit grand pour son usine de Blind River

Image
Photo: Commission canadienne de sûreté nucléaire
Radio-Canada

L'entreprise Cameco demande l'autorisation à la Commission canadienne de sûreté nucléaire d'augmenter sa production de trioxyde d'uranium de 33 % par année, soit de 18 000 à 24 000 tonnes.

Cameco souhaite aussi le renouvellement de son permis d'exploitation pour une période de 10 ans, plutôt que pour cinq ans comme c'est présentement le cas.

Plusieurs membres de la communauté de Blind River appuient les demandes de Cameco, qui emploie 160 travailleurs. Des résidants, des écoles et même le club d'âge d'or de la ville ont envoyé des lettres en ce sens à la Commission canadienne de sûreté nucléaire.

« Cameco appuie continuellement la communauté et l'usine est très sécuritaire. Je crois que l'entreprise a fait ses preuves depuis le temps qu'elle est établie à Blind River », explique le directeur de l'École secondaire catholique Jeunesse-Nord, Éric Lebrun.

Par ailleurs, l'organisme Northwatch demande à la Commission canadienne de sûreté nucléaire de limiter à deux ans la durée du nouveau permis d'exploitation de Cameco. Selon le groupe environnemental, une plus courte durée permettrait un meilleur suivi des activités de l'entreprise.

La Commission canadienne de sûreté nucléaire devrait publier sa décision d'ici le mois de mars.

Ontario

Énergies renouvelables