•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier rassemblement pour la Coalition avenir Québec le 6 février

François Legault (au centre) et (à partir de la gauche) Daniel Ratthé, Marc Picard, Éric Caire et Benoit Charrette.
François Legault (au centre) et (à partir de la gauche) Daniel Ratthé, Marc Picard, Éric Caire et Benoit Charrette. Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Un premier grand rassemblement militant de la Coalition avenir Québec (CAQ) aura lieu dans la capitale québécoise, le 6 février.

Le lieu du rassemblement n'est pas encore fixé, mais la CAQ espère que plusieurs centaines de personnes participeront à l'événement.

Le choix de la ville de Québec pour ce premier rassemblement partisan n'est pas anodin, puisque c'est dans la région de la Capitale-Nationale que la CAQ est le plus populaire, selon des sondages.

Le chef de la CAQ, François Legault, a par ailleurs prévu de se rendre à l'Assemblée nationale, le 25 janvier prochain, pour une rencontre de travail avec les députés qui se rallient à son parti, soit les ex-adéquistes devenus députés indépendants, Éric Caire et Marc Picard, ainsi que les deux ex-péquistes Benoit Charette et Daniel Ratthé.

La participation à cette rencontre des quatre députés actuels de l'ADQ, Gérard Deltell, François Bonnardel, Sylvie Roy et Janvier Grondin, est quant à elle conditionnelle à la fusion effective de l'ADQ à la CAQ. Le résultat du vote des membres de l'ADQ sur ce projet de fusion sera connu dimanche, à 10 h 30.

Gérard Deltell, l'actuel chef de l'ADQ, devrait ensuite faire part de ses commentaires pour la dernière fois en tant que chef de ce parti. Le président de l'ADQ, Christian Lévesque, l'accompagnera. Après la fusion, celui-ci s'occupera des questions de financement à la CAQ, qui espère amasser au moins 3 millions de dollars dans les prochains mois.

La CAQ doit aussi annoncer lundi, à Montréal, la composition de son conseil exécutif. Présidé par Dominique Anglade, il sera composé de huit membres, dont M. Legault, le député de Shefford, François Bonnardel, et le président de la commission des communications de l'ADQ, Richard Thibault.

L'aile parlementaire de la CAQ doit entreprendre des démarches auprès du président de l'Assemblée nationale afin d'obtenir une certaine reconnaissance en tant que groupe parlementaire, avec des budgets de recherche et un temps de parole requis. Normalement, il faut au moins 12 députés pour former un groupe parlementaire reconnu. Après sa fusion avec l'ADQ, la coalition en compterait neuf.

Les caquistes devront également au cours des prochaines semaines s'affairer à recruter quelque 115 candidats en vue des prochaines élections générales.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique