•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bas-Saint-Laurent : l'industrie de la tourbe en tête de peloton

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La stratégie des créneaux d'excellence du gouvernement du Québec a particulièrement bien fonctionné jusqu'à présent dans le secteur de la tourbe au Bas-Saint-Laurent.

Selon une analyse du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation (MDEIE), le créneau d'excellence en valorisation de la tourbe et des technologies agroenvironnementales est au premier rang des 16 créneaux qui ont été évalués après cinq ans de fonctionnement.

Des projets qui font évoluer l'industrie

Au total, 17 projets ont été réalisés au cours des cinq dernières années dans le secteur de la tourbe. Plus de 2,5 millions de dollars ont été investis en parts égales par la quinzaine d'entreprises participantes et Québec.

Le président du programme au Bas-Saint-Laurent, Claudin Berger, affirme que le premier véritable succès du créneau est d'avoir réussi à mobiliser les entreprises productrices et concurrentes autour d'objectifs communs.

L'homme d'affaires est particulièrement fier du projet de réhabilitation des tourbières. Restaurer les sites des tourbières, au cours des cinq ou six ans qui suivent leur exploitation, assure l'avenir à long terme de l'industrie, selon lui. « C'est hyper important », affirme-t-il.

Autre exemple de projet qui a réussi à faire évoluer l'industrie de la tourbe : l'accréditation Véri-Flora. Ce programme de certification environnemental, développé par l'organisation Scientific Certification Systems (SCS) en 2005, garantit qu'un produit horticole est soumis à des pratiques respectueuses des travailleurs, des consommateurs et de l'environnement. Selon Certification Québec, cette certification est considérée comme la norme d'excellence en matière de développement durable dans les domaines de la floriculture et de l'horticulture.

L'argent versé par Québec et par les acteurs de l'industrie a également permis de réaliser une analyse du cycle de vie de la tourbe, une initiative peu fréquente, « tous types d'industries confondus », selon M. Berger. Une telle étude permet notamment d'évaluer la consommation de matières et d'énergie ainsi que les rejets dans l'environnement de la tourbe.Les industriels espèrent dégager certaines pistes d'amélioration. Des formations sur les bonnes pratiques ont ainsi pu être organisées à l'intention des employés.

Vers la reconduction

Usine de traitement de la tourbeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Usine de traitement de la tourbe (archives)

Actuellement, le président de Tourbières Berger, Claudin Berger, et ses partenaires de l'industrie sont à préparer l'argumentaire pour convaincre Québec de reconduire pour une autre période cinq ans le créneau d'excellence en valorisation de la tourbe et des technologies agroenvironnementales.

Les acteurs de cette industrie sont convaincus qu'il faut notamment poursuivre les efforts vers l'acquisition de connaissances, la mise au point de technologies vertes et la certification environnementale des entreprises régionales.

Il y a quelques mois, l'industrie de la tourbe du Bas-Saint-Laurent a été finaliste pour le prix du créneau de l'année lors du deuxième grand rendez-vous des créneaux d'excellence organisé par le ministère. Un de ses projets, celui de la certification en gestion responsable des tourbières, était également finaliste dans la catégorie « réalisation de l'année ».

Avec une feuille de route aussi bien remplie, le président du comité régional ACCORD du Bas-Saint-Laurent, Bruno Gagnon, ne doute pas que le créneau soit reconduit. Son comité en a d'ailleurs déjà fait la recommandation au gouvernement québécois. La décision appartient cependant au ministère du Développement économique.

Fondés sur des compétences spécifiques reconnues, les créneaux d'excellence Accord visent à développer une image de marque pour chacune des régions du Québec afin qu'elles rayonnent dans tout le pays et à l'étranger. Au Bas-Saint-Laurent par exemple, trois créneaux sont reconnus et soutenus par Québec. Outre celui de la tourbe, il y a également l'écoconstruction et les ressources, sciences et technologies marines.

Un texte de Richard Lavoie d'après un reportage de Jean-François Roy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec