•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Forêt boréale : la soumission du Manitoba et de l'Ontario à l'UNESCO est prête

La forêt boréale

Photo : Radio-Canada/Yvon Thériault

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement néo-démocrate de Greg Sellinger a annoncé mercredi que la demande officielle pour faire reconnaître un territoire de la forêt boréale à l'est du lac Winnipeg comme patrimoine mondial était prête à partir pour Paris.

Cette demande vise à protéger un territoire de 33 400 kilomètres carrés de forêt boréale, rivières, lacs et zones humides, dont une partie se trouve en Ontario.

Le site inclut le parc provincial Atikaki au Manitoba et le parc provincial ontarien Woodland Caribou.

La corporation Pimachiowin Aki, un partenariat entre cinq Premières Nations et les gouvernements du Manitoba et d'Ontario, a travaillé pendant cinq ans pour préparer son dossier de candidature pour obtenir de l'UNESCO la désignation convoitée.

Les cinq Premières Nations impliquées sont Poplar River, Little Grand Rapids, Pauingassi, Pikangikum et Bloodvein River.

« Aujourd'hui est un jour qui marque une étape importante dans notre parcours pour protéger le coeur de la dernière forêt de ce type au monde à être préservée », a déclaré le premier ministre du Manitoba.

Bipole III

Greg Selinger a indiqué que le dossier de 4000 pages était prêt et qu'il y était stipulé que la future ligne de transmission électrique Bipole III passerait à l'ouest du lac Winnipeg afin de protéger la zone visée par la demande à l'UNESCO.

Une des boîtes contenant la demande de classification de la forêt boréale auprès de l'UNESCO  a été exposée mercredi à l'Assemblée législative.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une des boîtes contenant la demande de classification de la forêt boréale auprès de l'UNESCO a été exposée mercredi à l'Assemblée législative.

Photo : Jeff Stapleton/CBC

Le choix du tracé de Bipole III à l'ouest du lac Winnipeg a été récemment au centre d'une controverse. Le gouvernement néo-démocrate avait rejeté en 2007 un tracé passant à l'est du lac Winnipeg, en raison de la forêt boréale et des réserves autochtones.

Le passage de la ligne électrique à l'ouest augmente la longueur du tracé de près de 50 %. Les conservateurs ont critiqué ce choix qui coûterait un milliard de dollars de plus que le tracé à l'est.

Le dossier de candidature du gouvernement devrait arriver à Paris le 27 janvier. Cela devrait ensuite prendre 18 mois à l'UNESCO pour y répondre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario