•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Congrès du PLC : nouvelles orientations, nouveau président

Bob Rae
Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
Radio-Canada

Le chef intérimaire du Parti libéral du Canada, Bob Rae, a conclu le congrès de son parti en soulignant l'importance de mettre en oeuvre les changements exprimés par les résolutions adoptées depuis deux jours.

« Ce congrès a ouvert la voie aux changements et il reste maintenant à traduire les paroles en action », a déclaré le chef par intérim du PLC, Bob Rae, lors de son discours de clôture du congrès.

Une chose est claire. Le Parti libéral est le parti de l'ouverture, de la transparence et s'intègre dans un mouvement. Nous avons besoin des idées et de l'énergie de tous les Canadiens et les Canadiennes. Nous devons continuer à nous battre pour parvenir à être encore plus ouverts au cours des prochaines années.

Bob Rae

M. Rae a fait mention des nombreux débats, et des différences d'opinions, qui ont eu lieu lors du congrès. « On n'est pas divisé, on est en train de discuter sur le travail que nous devons faire et d'insister sur l'importance de l'avenir du parti. »

Le chef par intérim a également lancé un message aux Québécois. Il leur demande de garder l'esprit ouvert le temps que le parti se reconstruise. « Nous ne devons plus jamais laisser les Canadiens avoir des hésitations ou des doutes sur ce que nous défendons et ce que nous sommes. Pour nous, l'identité spécifique du Québec est précieuse. »

En faveur de la légalisation de la marijuana

Dimanche, les libéraux ont adopté à 77 % une résolution en faveur de la légalisation de la marijuana.

La résolution stipule qu'« un nouveau gouvernement libéral légalisera la marijuana et veillera à la réglementation et à la taxation de sa production, sa distribution et son utilisation tout en imposant des sanctions sévères pour les activités illégales de trafic, d'importation et d'exportation de marijuana ainsi que pour la conduite avec facultés affaiblies ».

La légalisation de la marijuana ne sera pas nécessairement dans le programme de la prochaine campagne électorale. À ce sujet, en point de presse, Bob Rae a été très prudent, affirmant que le statu quo n'est pas acceptable « que la guerre contre les drogues ne marche pas et qu'il faut trouver le moyen de régler le problème de façon plus positive. »

Les militants ont par ailleurs rejeté à 67 % une résolution visant l'abolition des liens entre le Canada et la monarchie britannique.

Ce sont les Jeunes libéraux du Canada qui ont proposé ces deux résolutions, qui ont provoqué des débats enflammés.

Deux autres propositions ont reçu l'aval des militants, soit celle de mettre en place un mode de scrutin préférentiel à l'échelle nationale et de réinstaurer les Bourses du millénaire.

Michael Crawley, nouveau président du PLC

Les quelque 3000 participants au congrès ont choisi l'Ontarien Michael Crawley comme prochain président du PLC.

Au terme d'une course très serrée, il a battu la politicienne de longue date Sheila Copps, qui briguait elle aussi ce poste.

Michael Crawley incarne ainsi pour ceux qui l'ont choisi un vent de changement au parti, alors que certains militants semblaient voir en Sheila Copps l'incarnation d'une époque révolue.

Cinq candidats étaient en lice pour la présidence. Bien que ce rôle se joue essentiellement en coulisse, il n'en est pas moins important au sein de la formation fédérale puisque son titulaire contribue à définir les règles du parti, y compris celles qui entourent la course à la direction.

Tout comme son adversaire Sheila Copps, Michael Crawley croit que l'avenir du Parti libéral du Canada, décimé aux dernières élections générales, passe par une remise en cause profonde.

Ce libéral de longue date a présidé l'aile ontarienne du PLC. Il veut maintenant moderniser la formation politique fédérale.

Tout comme son prédécesseur Alfred Apps, Michael Crawley a déjà indiqué qu'il est ouvert à l'idée de revoir les règles internes au parti pour permettre à un chef intérimaire de participer à la course à la direction.

Les non-membres participeront à l'élection du prochain chef

Samedi, les militants ont approuvé une résolution qui permettra aux partisans libéraux, qui ne sont pas membres du parti, de participer à l'élection du prochain chef, en 2013.

Le chef par intérim du Parti libéral du Canada souhaitait que cette résolution soit approuvée. À son avis, il s'agit d'un changement « historique » et d'une « opportunité extraordinaire » pour le parti. Cela permettra, selon Bob Rae, de briser la cloison entre le PLC et les citoyens.

Pour Denis Coderre, député libéral de Bourassa, ce changement est bon pour la démocratie et un « antidote contre le cynisme, car cela permet une participation directe ».

La résolution a reçu l'aval de 75 % des 1936 membres qui ont pris part au vote. Ceux qui ont voté contre ont fait valoir que des personnes mal intentionnées pourraient utiliser leur droit de vote pour affaiblir le parti de l'intérieur.

De plus, certains estiment que la nouvelle résolution va « dévaluer le statut de membre ». Contrairement aux membres en règle, qui déboursent 10 $, les nouveaux partisans ne pourront prendre part aux congrès du PLC, à l'élaboration des politiques ou encore voter lors d'investiture dans les circonscriptions.

Pour devenir partisans, les citoyens doivent remplir une demande. Ils doivent également appuyer les objectifs du PLC, avoir l'âge légal de vote et ne pas être membres d'un autre parti.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique